24 août 2020

Amine gagne sa vie sur internet (1an après)

Comment Amin fait pour gagner sa vie sur internet ?

1 an après notre interview ensemble qu’est il devenu ? Amin est le fondateur du site internet https://www.otaket.com/ il y a un an il avait partagé avec nous son histoire comment il avait réussi a généré 100 000€ en 3 ans grâce à son business en ligne.

Amin a décidé de faire un tour du monde avec sa femme cette année. Il a tout quitté, pris ordinateur et ont voyagé. Une vraie vie de nomade digital pendant 1 an, il travaillait en moyenne 2 heures par jour et il partage que c’est possible et que nous pouvons tous faire cela si nous le voulons.

La chaine Youtube et Amin et Andréa : https://www.youtube.com/user/ledeveloppementperso Pour découvrir la otaket academy et rejoindre leurs programmes de formation, coaching tu peux cliquer ici : https://otaket.academy/

Description de la vidéo:

Hello les amis. Bienvenus dans cette nouvelle vidéo. Aujourd’hui c’est Amine
d’otaket.com et Enzo qui te font une petite vidéo. Aujourd’hui on va parler du coup
bah de l’évolution d’Amine. Je ne sais pas si tu as déjà vu cette première vidéo que
j’ai faite avec Amine, sur son parcours, sur comment est-ce qu’il avait démarré sur
internet. Amine n’a jamais été salarié. Il a tout de suite démarré dans l’entreprenariat
et sur le web. On va parler aujourd’hui du coup de…depuis c’est un an que jai
rencontré Amine et qu’on a rencontré ensemble sur la chaîne. Qu’est-ce qu’il a
réalisé ? Quels sont les moyens ? Quelles sont les méthodes qu'il a mises en place
pour gagner d'argent sur internet ? Quels sont les business qu'il a développés en
ligne ? Un petit peu bah où est ce qu'il en est ? Qu'est-ce qu'il fait en ce moment ?
Comme d'habitude si tu veux voir plus de vidéos, plus d'interviews, plus de conseils,
n'hésite pas à t’abonner en cliquant la, juste là, juste en dessous. C'est un vrai plaisir
en tout cas de partager tout ça avec vous les amis. Laissez un like, un commentaire.
Posez vos questions pour Amine ou pour moi juste en dessous. C'est avec grand
plaisir qu’on y répondra et puis n’hésite pas à nous dire également qu’est-ce que tu
as fait cette année en développement de business de ton côté.
-Comment tu vas mon pote ? Qu'est-ce que tu nous racontes depuis plus d'un
an ? Qu'est ce qui s'est passé ?
– Ca va super bien. Merci déjà de m'accueillir sur ta chaîne. C'est un plaisir de te
rencontrer, de discuter avec toi, de partager parce que ouais tu es une personne
extraordinaire, tu es une personne à qui…mais vraiment c'est une personne qui a un
enthousiasme de fou. J’ai aussi suivi ton évolution depuis qu'on se connaît et ça fait
vraiment plaisir de te voir ici, de te rencontrer ici à Bangkok, à l'autre bout du monde
.Donc bah depuis un an, qu'est ce qui s'est passé ? Depuis qu’on s’est rencontré la
dernière fois, je suis parti en voyage donc là actuellement on est fin octobre-début
novembre. Je suis parti début février donc ça fait je ne sais même plus combien de
mois, 9 mois peut-être 9 mois ou 10 mois que je suis parti avec ma femme. On a fait
je ne sais plus 14, 15 pays. On a fait le tour du monde. On devait rentrer…enfin on
est rentré au mois d’août. On est reparti donc ça …. Côté humain enfin, c’est une
aventure extraordinaire. C’est quelque chose que j’ai toujours rêvé de faire depuis
plusieurs années. Et bah aujourd’hui ça s’est concrétisé. Il reste encore quelques
mois de voyage. Après, on va rentrer. On va se poser. On va se remettre à travailler,
même si je travaille encore en voyage mais on va travailler plus dur pour passer au
niveau supérieur. Sinon bah niveau professionnel, ok
-Attends, attends, repasse-moi la mic. Il faut forcément ça qu'on en parle un
petit peu. Alors du coup tour du monde : projet que tu avais envie de faire,
expérience humaine en plus avec ta femme, partagée en couple donc ça c'est
vraiment génial. Est-ce que tu peux nous en parler un petit peu donc comment
ça vous est venu ? Ta femme est salariée aujourd’hui ? Donc comment ça s’est
fait pour elle de pouvoir organiser ça ? Parle-nous un petit peu de ce voyage.
Qu'est-ce que vous vouliez vivre et qu'est-ce que vous avez vécu ?
-Ok donc il y a plusieurs questions. Première chose : Comment ça nous est venu ?
Bah moi depuis que je travaille sur internet donc depuis 2011-2012 j'ai rencontré
énormément de personnes. C'est d'ailleurs ici à Bangkok dans la rue juste à côté où

j'ai commencé mes premiers sites internet. J'ai commencé vraiment à gagner
d'argent sur internet quand j'étais en stage et du coup depuis cette époque je me
disais j'ai envie de partir, partir loin, de voyages et de visiter le monde sauf que je
suis avec ma femme depuis un petit moment et puis elle, non seulement elle est
attachée à sa famille mais elle n’a pas envie de se…comment on va dire s'expatrier
et je comprends tout à fait. Moi aussi ce n'est pas forcément ce que j’ai envie faire et
deuxièmement elle a une situation professionnelle qui ne permet pas forcément de
partir 4 mois ou 6 mois en vacances parce qu’elle est institutrice donc elle est
professeur des écoles donc elle a les vacances scolaires et puis c'est tout.
-C'est déjà pas mal
-C’est déjà pas mal donc ça fait plusieurs années que je lui disais : « Vas-y, viens on
plaque tout, on part, on part, on part. » Elle me dit : « Ce n’est pas possible » Ok, et
du coup depuis 2013-2014, je me suis dit : je vais me marier avec cette femme, je
vais l’épouser et ce qu’on fera c‘est qu’on partira un an en voyage de noces. Du coup
à l'époque, il y en a plein qui me prenait pour un fou, qui me disait : «  Mais ce n'est
pas possible. Un an de voyage de noces c’est impossible. Il n’y a personne qui l’a fait
et tu ne vas jamais le faire. » Je disais : « bah finalement, on sera les premiers quoi
tu vois. Il n’y a rien de fou. C'est juste un voyage. »
– Juste un voyage mais pour la majorité des gens peut être qui regarde cette
chaîne, ils disent que c'est impossible.
– Et du coup bas ce qui s'est passé, c'est que bon on s'est marié en 2015 donc c'était
octobre 2015 donc là ça fait pile deux ans. Et je lui ai dit : « Viens on part en voyage
de noces, on parle sur une longue période. » Elle me dit : « bah je n’ai pas de
solution. Avec mon travail, je ne peux pas. » J’ai dit : « Il y a toujours des solutions »
J’avais une solution qui était de prendre une année de disponibilité donc de quitter
son taff pendant un an et de revenir un an plus tard mais elle perdait son poste, elle
perdait les avantages, elle perdait sa classe et tout et elle ne voulait pas le faire.
Donc la deuxième solution c'était de faire un mi-temps sur six mois. En gros, elle
travaillait six mois. Elle est payée à mi-temps. Elle travaille six mois à temps plein
payée à mi-temps et elle est libérée pendant six mois payée à mi-temps. Et du coup
bah c'est ce qu'elle a fait. Donc on a fait la demande janvier 2016 juste après le
mariage. Ça a été accepté pour l'année scolaire suivante et du coup, elle a été
libérée de février 2017 à août 2017. Et pendant qu'on était parti, je lui ai dit : « Bah
qu’est ce qui t'empêche de refaire une demande pour un mi-temps l'année
prochaine? »Elle me dit : « Bah rien » et du coup elle a redemandé et elle a été
réacceptée et du coup bah finalement elle est libérée de février à février tout en
gardant son salaire à moitié quand elle rentre. Elle reprend sa place et tout ça pour
dire que finalement quand tu veux faire quelque chose, il y a toujours des solutions.
Ce sont des solutions que elle, elle pensait inconcevable il y a quelques années et
aujourd'hui bah c’est quelque chose de…on réalise qu'elle a de la chance que ce soit
accepté mais finalement si ça n’avait pas été accepté, on aurait trouvé d'autres
solutions mais quand tu veux vraiment faire quelque chose, tu trouves toujours une
solution.
– Tout à fait d'accord avec toi mon pote. Et c'est super beau ce que vous avez
fait quand même. Je me souviens juste avant que tu partes. On s'était vus

avant que tu prennes l’avion, tu m’avais dit : «  Pour beaucoup d'entre nous ce
n'est pas choquant entre guillemets parce qu'on travaille tous sur le web, parce
qu’on voyage beaucoup mais putain c'est un rêve de gosse quoi et je m'en vais
faire un tour du monde. » Qu'est-ce que vous alliez chercher dans ce tour du
monde ? Et qu'est-ce que vous y avez trouvé ?
– Bah après on ne cherchait pas forcément les choses identiques. Moi c'était
vraiment… quoique moi c'est vraiment de voir les choses différentes, sortir de la
routine qu'on a en France, le train-train quotidien, de finalement…en fait le voyage ça
te permet de voir que pour les mêmes situations, tu as autant de réactions différentes
que de personnes différentes et ça en France c'est vrai mais en gros la réaction, elle
reste limitée sur un petit angle de variation entre une personne qui va avoir cet objet
ici et une personne qui va avoir l’objet de l’autre côté. Et finalement quand tu pars
dans un autre pays, tu te rends compte qu’il y en a qui le voit d'en haut, d'en bas, de
derrière, de devant et c'est vraiment …ça te permet de t'ouvrir l'esprit et que…il n’y a
plus rien qui est surprenant, il y a plus rien qui est impossible finalement parce que tu
te rends compte que la manière dont tu penses, parce que tu as grandi dans un
environnement fermé finalement c'est ta petite zone de confort, ta petite zone de
connaissance, ta petite zone de… voilà de confort tout simplement. Quand tu sors de
ça, tu te rends compte qu'il y a plein de personnes qui agissent différemment que ce
soit dans les choses du quotidien : comment faire à manger, comment prendre une
douche, comment aller aux toilettes, comment dormir et mais également tu t'es dit
que c'est possible également dans le business. Et donc je te dis que ce qui te semble
impossible quand tu étais face à un projet parce que tu étais jamais sorti de chez toi,
tu n’as jamais vu quelqu’un qui l'avait fait, aujourd’hui ça te semble réalisable. Et
donc on a fait des rencontres extraordinaires. On a rencontré pas mal de personnes,
des voyageurs, des nomades digitaux, des locaux aussi, beaucoup de personnes
locales. On a vu … voilà on a vu plein de trucs. Tu sais là, sur cette année, j’ai vu le
Taj mahal, j'ai vu la grande barrière de corail, j'ai vu le temple d'Angkor, j’ai vu le
Grand Canyon, j'ai vu les chutes d’Iguazu au Brésil, j'ai vu le Machu picchu. Je suis
allé au Salar d'Uyuni en Bolivie, je suis allé à Cuba, <0:07:54> en Californie, en
Australie, la grande barrière de corail. Je suis allé à Hawaï. Ca ce sont des trucs
.tu vois la semaine dernière à Singapour, il y a des noms quand tu…je les
entendais quand j’étais… il y a quelques années et je me disais : « J’aimerais trop y
aller », tu vois. Et souvent la, en ce moment, quand je vois des affiches pour les
voyages ou des magazines et tout, il y a des endroits, je me dis bah finalement j’y
étais. J’y étais Kuala Lumpur, j’y étais…il y a plein d’endroits où j’y étais. Et tu te
dis : «  ok moi j'ai fait ce qu'il y avait à faire sur ma liste. » Pas juste pour cumuler les
choses <0:08:26> mais il y a des endroits où tu as vécu des expériences de fou. Tu
sais quand j’étais en Birmanie, c’était un des premières étapes. On a fait un survol
des temples en montgolfière. C'était le matin au lever du soleil. C'était un truc de fou
tu vois. C'est un truc que tu ne revivras jamais parce que c'était magique. Et c’était
des trucs, je te dis bah peut-être que je n'aurais jamais l'occasion de leur refaire
dans ma vie. Peut-être qu'il y a beaucoup personnes qui le font ou pas, moi j'ai eu la
chance de faire.
-Tu as vécu une expérience. C'est génial. Merci beaucoup pour tous ces
partages. Il y a un autre point aussi qui est intéressant : Amine partage
l'intégralité de son voyage sur sa chaîne YouTube. Il y a beaucoup de critiques,
de commentaires, de gens qui disent : « Oui mais toi tu as de la chance. Tu

gagnes de l'argent. Tu nous craches à la gueule avec tes expériences, avec tes
voyages. » Et Amine il en parle et moi je vous en ai parlé aussi pas mal mais on
est en Asie du sud-est. Le coût de la vie n’est pas du tout le même que chez
nous. Ici un smic c'est genre 3- 400 euros tu vois et le smic n'existe pas. Donc
le salaire on va dire moyen 3-400 euros donc forcément le coût de la vie est
complètement différent et pour aller vivre des expériences comme ça,
extraordinaire, ce n'est pas forcément du temps. Ce n’est forcément de l'argent
qu'il faut. C'est du temps et c'est oser aller prendre ton billet et aller et c'est
aussi simple que ça. Et c'est vivre les choses, accepter de vivre les choses.
Les nuits d'hôtel ici c'est 20 euros tu vois pour avoir une chambre privée donc
il ne faut pas …il faut arrêter de te mettre cette idée de ça coûte cher d'aller
dans ces endroits paradisiaques, de faire le tour du monde qu’Amine a pu faire
même si ce sont surtout tes croyances en fait c’est surtout ta capacité à
comprendre pourquoi tu fais des choses et à les faire. On en parlait pas mal en
off hier et avant-hier mais ses amis, sa famille, comment est-ce qu'ils
perçoivent leur voyage tu vois? C'est leur point de vue à eux. C'est leur
perception et si toi aujourd'hui tu as envie de voyager quelque part, prend le
risque, économise de l'argent et kiffe la vie, va vivre ces expériences-là. Tu
reviendras forcément quelqu'un de transformé. Qu'est-ce que tu deviens en
une phrase de ce que tu as… de ce que tu as gagné avec ce voyage ? Qu'est-
ce que tu as gagné avec ce voyage ?
– Qu'est-ce que j'ai gagné alors je vais répondre juste après mais je voulais revenir
sur ce que tu disais sur le voyage. Tu sais quand je suis parti, mon <0:10:41> il m'a
dit : «  ouais moi aussi j'aimerais bien le faire ». J’ai dit : « bah fait-le » Et il a
revendu sa voiture. Il l'a revendu 7 000 euros et il est parti là, fin septembre. Il est
parti avec sa copine pour six mois. Et ils sont en Indonésie là actuellement et
finalement tu vois, c’est juste qu'entre sa licence et son master, il s'est dit » Je
prends un an et je ferai mon master l'année prochaine » et je voyage et quand il m'a
dit combien ça coûte. J'avais fait les comptes pour l'année dernière. <0:11:02> trois
semaines en Indonésie. A deux, on avait dépensé 1200 euros hors billet d'avion et là
le billet d'avion que j'ai pris pour venir à Singapour, en fait, j'ai fait Paris-Singapour à
l'aller et au retour je fais Bangkok-Paris donc avec la même compagnie l'aller-retour
400 euros dont 400 euros plus 1100 euros ça fait 1600 euros pour 2, 1500 euros
d'ailleurs, 1 500 euros pour deux, pour trois semaines. C’est…tu vois une semaine
au ski. Tu les as plié tu vois. C’est juste une question de vision de se dire est ce que
c’est possible ou pas. Maintenant qu’est-ce que ça m’a apporté le voyage ? Je pense
que ça m’a apporté de la patience non seulement de la patience parce qu’avant
j'étais un peu impatient, j’aimais faire les choses vite et je n'aimais pas trop attendre
mais finalement quand tu voyages en Asie, en Amérique du sud, tu es obligé
d'attendre donc ça m'a appris à attendre et deuxième chose c'est que je pense que
ça a changé ma vision par rapport à qu'est-ce que je voulais vraiment dans la vie tu
vois. Et tiens on en a parlé hier, on a beaucoup d’amis qui court après l’argent, pour
l’argent, pour faire le million, pour faire 10 000 000, il y en a qui le faire 100 000 000
et il y en a qui ne veulent pas s’arrêter et finalement je me suis rendu compte que
avoir une vie comme j’ai actuellement tu vois où je travaille quelques heures par jour,
où le reste du temps, je passe du temps avec ma femme, on profite, on fait de
nouvelles expériences. Ça peut être des visites. Ça peut être des treks. Ça peut être
des randonnées. Ça peut être simplement se poser et discuter ensemble. Je te dis
en réalité, il ne faut pas des millions d'euros pour faire ça. Si tu gagnes 2, 3, 4 000

euros ça te suffit largement pour le faire en France. Si tu gagnes 2000 euros, ça suffit
largement pour le faire en Asie. Et finalement le sentiment de liberté que j'ai eu
pendant ce voyage c'est quelque chose qui me donne envie finalement de l'avoir
toute ma vie et de me dire que c'est beaucoup plus important que l'argent. Si demain
on me propose un poste de salarié à 70 000 euros, à 80 000 euros, peut-être je le
ferai deux trois mois pour histoire de prendre du cash parce que tiens ! Le cash est
quand même important mais si on me dit tu dois faire ça pendant cinq ans ou même
pendant un an, je pense que je ne le fais pas. Je ne le fais pas parce que je préfère
ma liberté et je préfère vraiment ce sentiment de kiffer tous les jours, de tous les
jours vraiment apprécier ta journée que de te dire je fais un truc que je n'aime pas
juste pour des résultats, juste pour l'argent et je pense que c'est <0:13:15> kiffer ses
journées.
– Super partage Amine ! On va parler un peu plus de business du coup
maintenant. Quels sont les business que tu as mis en place cette année ? Il me
semble qu’il y a plus ou moins trois pôles, un peu de e-commerce, un peu de
formation en ligne, un peu de site de niche du coup toujours, tu as ton activité
principale. Est-ce qu'on peut en parler un petit peu ? Qu'est-ce que tu as
développé ? Quelles sont peut-être les nouvelles stratégies, les nouvelles
expériences que tu as fait au niveau business ? Et comment ça se passe
aussi ?
-Donc on a …c’est vrai que j’ai travaillé sur pas mal de projets cette année, sur le e-
commerce, il n'y a pas eu trop d'évolution par rapport à la dernière. Il n’y a pas trop
de nouveautés. Moi je ne suis vraiment pas un expert en e-commerce. On va dire
que j’ai des coups de chance. Sur certains projets, ça a bien marché. C'est qu'un ami
donc je n’ai pas toute…comment dire la part <0:14:08>. C’est lui qui trouve les
produits. C’est lui qui trouve les fournisseurs à chaque fois mais je m'occupe du
reste, je m’occupe du marketing. Et après sur les formations en ligne avec Otaket, on
a développé par mal de choses c'est à dire qu’on a compris en fait que quand tu
vends des produits en ligne et que tu vends de l’information comme toi tu le fais,
comme d’autres personnes le font, soit tu essayes de vendre un produit cher une
seule fois soit tu essayes de vendre plusieurs produits régulièrement à la même
personne. Et donc quand tu as une petite audience, c’est peut-être plus simple de
faire ça et là on a vraiment misé sur la fréquence de publication, sur la frequence de
publication en créant une formule abonnement qui s'appelle Otaket académie où les
gens ont reçoivent deux nouvelles formations par mois c’est à dire en il y a une
nouvelle formation qui sort chaque mois et plus une formation qui peuvent toucher
leur catalogue. Et en fait en augmentant la fréquence de publication, on a augmenté
directement nos revenus parce que finalement les gens veulent de la nouveauté. On
en parlait hier également. Les gens ils veulent de la nouveauté donc dès que tu sors
une nouvelle formation il y a beaucoup de personnes de <0:15:01> qui vont l'acheter.
Donc le conseil que je pourrais donner pour les personnes qui vivent de la formation
en ligne ou qui essaient d’en vivre c'est de multiplier les produits, multiplier les offres,
multiplier les promos sur les sites de niche. Je ne m’en occupe plus trop parce que
ce sont des choses qui ne m'intéressent plus trop. J'ai lancé un autre produit aussi
avec ma femme, il y a quelques mois, sur une de ses passions à elle.
-Nouveau projet

-Nouveau projet
-Tiens ! Justement. Ça peut être intéressant donc mais déjà tout à fait d'accord
avec ce que Amine vous partage là par rapport à la formation en ligne, ce que
je ne fais pas d'ailleurs moins sur la formation en ligne du moins pas sûr Enzo
Honore. Je le fais pour mes clients mais je ne le fais pas pour Enzo Honoré par
certainement un manque d'envie aussi et un manque de ligne directrice mais
effectivement plus tu as d'offre potentielle, plus tu as de porte d'entrée pour
avoir des clients bah plus tu as de chances d'avoir les clients. C'est aussi con
que ça aussi hein. Donc là du coup, nouveau projet que tu as lancé avec ta
femme sur la création d'un business en ligne de vente d’infos produits. Est-ce
que tu peux nous parler un petit peu du processus déjà avec lequel tu as
démarré ce nouveau projet ? Pourquoi tu as démarré ce nouveau projet ?
Comment tu l’as créé ? Le positionnement que tu as choisi de prendre ? Et
comment ça s'est passé le démarrage etc?
– Ok donc en fait, on a créé un produit sur une des passions de ma femme. C'est un
truc…en fait c'est le produit qu'elle vend. C'est un truc qu’elle a utilisé déjà pour elle
et qu’elle a créé déjà pour elle pour ses propres besoins et du coup moi j’avais vu ça
et j’ai vu qu’il y avait un marché assez intéressant. Et je lui ai dit : « Mais pourquoi on
n’essaie pas de le vendre ? » Elle me dit : «  Ça ne marchera pas. Moi ce que je fais
pour moi, il y en a déjà d’autres qui le proposent gratuitement sur internet. Ça ne
marchera pas. » Je lui dit : « Bah on peut essayer » Donc on a fait simplement un
blog, un blog avec quatre, cinq articles au début, une petite page Facebook après,
elle s’est fait connaitre un peu dans les groupes parce que c’est une communauté qui
regroupe des passionnés donc ça fait connaître mais franchement elle avait peut-être
1 000 abonnés. En fait, c’est simple c’est que par mois, elle gagne environ son
volume d’abonnés Facebook c’est à dire qu’avec 1 000 abonnés Facebook, elle
arrive à gagner 1000 euros par mois. Là on est à plus de 4 000 abonnés donc ça se
passe bien mais c’est… en fait, comment ça s’est mis en place tout
simplement…c’est vraiment très ciblé et là je me suis rendu compte vraiment de
l’importance d’avoir un produit qui répond vraiment un client idéal. Tu vois, on parle
souvent du client idéal, du client parfait et elle, son client idéal …mais elle le connaît
parfaitement tu vois. Elle le connaît parfaitement et parce que justement elle est
également la cible de son produit. Elle sait parler le même langage que ses clients,
elle sait créer des choses qui vont être utiles à ses clients et donc ça marche
directement. Et ce sont des…moi enfin ce sont des résultats que je n’ai jamais vu. Ce
sont des taux d’ouverture à 80%, des taux de clics à 50% c’est …voilà, elle fait
beaucoup de ventes, elle fait énormément de ventes sur des produits pas chers. Ça
fait du chiffre d'affaires quand même par exemple sur une liste email à 3000, 4000
inscrits, elle a environ 1 000 clients dont c’est-à-dire qu'il y a un quart des personnes
qui le suivent qui sont ses clients. Je ne sais pas si tu te rends compte. C'est
énorme. C'est énorme parce que finalement elle a réussi à créer quelque chose de
sympa et de quelque chose d'utile, vraiment d’ utile dans une communauté où les
gens là en avaient besoin. Et c'est vraiment ça. Quand tu résous un problème à
quelqu’un, quand tu permets à quelqu’un de faire quelque chose plus facilement, plus
simplement, forcément ça marche. Et surtout quand tu lui parles avec le cœur et que
le produit que tu fais, tu le fais avec le cœur. Nous c'est ce qu'on essaye de faire que
ce soit sur ta chaîne ou sur ma chaîne parce qu'on est également passionné. On sait
également de quoi on parle et on le fait avec le cœur. Et du coup forcément ça

marche à un moment ou à un autre. Il y a des projets sur lesquels ça va beaucoup
plus vite. Elle…on a eu de la chance que ça décolle vite. Alors je ne sais pas si c’est
de la chance ou si c'est l'expérience cumulée de ces cinq dernières années qui fait
que finalement en lançant un truc, ça marche directement mais donc ça marche
plutôt pas mal. Je ne sais pas si j’ai répondu à la question.
-Si , si, si, en tout cas, tu nous as partagé déjà sa nouvelle création de projet,
cette nouvelle réussite et merci pour ça c’est cool. Tu vois ça peut donner pas
mal d’idées et ça peut leur remettre des couches aussi. Ça peut faire des
couches de rappel. Il y a plein de choses qu’on vous dit et et que parfois dis-
toi : « c'est bon je l’ ai déjà entendu » mais on s'en fout de ce que tu as entendu
en fait. Qu'est-ce que tu as mis en pratique tu vois ? Qu’est-ce que t'as testé ?
Amine, il parle encore une fois de plus de trouver un besoin, l’identifier, un
problème que j'ai déjà pour moi, que je réponds au quotidien et qui m'apporte
de la valeur à moi-même, s'il y a d'autres personnes qui ont les mêmes
problématiques que vous et à qui ça peut faire gagner du temps, à qui ça peut
simplifier la vie, bah bien évidemment qu'il y a quelque chose à faire et c’est ça
l’étape fondamentale finalement dans la création d'un business. C’est l’étude
du besoin, l’étude de la niche, quel valeur vous allez apporter à ça et quel
problème vous allez résoudre. Si vous avez feu vert sur ces trucs là mais pas
un petit feu vert, un vrai feu vert pourquoi ça ne marcherait pas ? C’est vrai
c’est surtout ça la question pourquoi ça ne marcherait pas ?
Du coup autre point peut-être pour clôturer cette vidéo, on parlait il y a
quelques jours de l'évolution de nos chaînes YouTube, de la galère un peu
qu'on a connu dans le développement et dans l'idée de véhiculer notre
message et de le propager etc et moi pendant un an, je n'ai quasiment pas eu
de résultats sur YouTube et ça a été très long et c'est ok mais ça a été quand
même assez compliqué. Il a fallu se motiver au quotidien. Qu'est-ce que tu
pourrais donner comme conseil dans le développement d’Otaket ? Ça fait un
moment maintenant toi que tu développes ce projet. Il y a une 400 vidéos, 300
vidéos, 450 vidéos aujourd'hui qui sont en ligne. Il y a énormément de vidéos
qui ne dépassent pas les 400 vues, 500 vues, quelle est ton émotion par
rapport à ça. Comment tu le gères et comment tu fais pour continuer à
avancer ?
-En fait nous dès le début, on s’etait dit qu’on était ok avec le fait de faire des vidéos
qui ne fassent pas de vue mais que ça allait nous servir à progresser c’est à dire que
finalement quand c'est <0:20:52> qui prend l'exemple des pizzas mais c'est
exactement ça, si tu veux devenir bon à faire des pizzas soit tu passes un mois ou
six mois à apprendre comment faire une pizza et tu travailles pendant six mois sur la
même pizza, soit tu te dis je fais une pizza par jour pendant deux ans et forcément
celle que tu vas faire dans deux ans, elle sera meilleur, sera plus réussie que celle
que tu vas faire aujourd'hui et du coup, nous, toutes les vidéos qu'on a faites et qui
n'ont pas décollé, on ne prend pas ça comme des échecs. On se dit que finalement
ça nous a permis de progresser, de parler comme ça devant la caméra parce que
quand tu parles comme ça devant la caméra, c'est la troisième fois que tu le fais,
forcément tu n’es pas à l'aise mais quand ça fait cinq cent fois que tu le fais bah tu es
forcément plus à l'aise et forcément plus détendu dans ton discours. Et donc déjà ça
te permet de t'améliorer. Ensuite nous, on se dit que les sujets qui n’ont pas marché,
les sujets qu'on a traité il y a un an et demi et qui n'ont pas décollé parce qu'on était

au début, qu'on avait comme 90 abonnés et qu'on faisait 40 vues, bah ce n'est pas
grave. Rien ne nous empêche de… aujourd'hui les re-traiter avec notre point de vue
aujourd'hui, avec notre vision et d'apprécier de contenu pour les personnes qui
découvrent nos chaînes aujourd'hui. Donc c’est…il faut se dire que ce n'est pas
forcément des échecs. Ce sont juste des phases de l'apprentissage. C’est Thomas
Edison qui disait ça. Il a essayé il me semble 10 000 fois pour allumer l’ampoule à
incandescence et pour lui ce n’était pas 10 000 échecs il a identifié 10
000 façons qui ne marchent pas. Et nous on a identifié des centaines de vidéos qui
ne marchent pas ou qui n’ont pas marché parce que ce n'était pas le bon moment,
parce qu’on n'a pas bien travaillé sur les mots-clé, sur les titres. Ca exclue le
technique mais on n'avait pas la bonne approche et aujourd'hui on peut refaire des
vidéos sur le même sujet avec un meilleur angle ou avec un meilleur titre, avec une
meilleure accroche et finalement ça va mieux marcher.
-Ok ! Parfait. Bah écoute merci beaucoup en tout cas Amine d'être venu nous
partager un peu ce feedback de cette première vidéo qu'on a faite. On vous la
mettra dans tout les cas juste en dessous et puis on te remercie Amine. On te
dit a très vite dans de prochaines aventures et puis les amis comme
d'habitude un like, un commentaire. Si vous avez des questions sur les projets
lancés cette année par Amine, sur son voyage, sur comment est-ce qu'il a
entrepris tout ça, mais n'hésitez pas à les mettre juste en dessous. Je le
harcèlerai jusqu'à ce qu’il vous répond et puis bah moi je vous dis à très vite
en tout cas puis je vais passer le mot de la fin à Amine. Ciao les amis.
-Merci à toi déjà de m'avoir accueilli sur la chaîne. Merci à toi de… c'est toujours un
plaisir de te rencontrer et de discuter avec toi, de passer des moments. Là on a
passé trois, quatre jours ensemble. C’était vraiment très enrichissant de rencontrer
d’autres personnes également. Et du coup, bah merci de m’avoir invité. Mettez un
like sous la vidéo. Pensez à vous abonner sur sa chaîne si ce n’est pas encore fait
ou sur la mienne si ce n’est pas encore fait. Et je vous dis à très bientôt sur la chaîne
peut-être parce qu’on sera amené à se recroiser très bientôt. Allez ! Ciao

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Retour haut de page
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp