27 juin 2021

Interview avec Jean Rivière – Réussir sur Internet en 3 étapes faciles

Comment gagner sa vie en ligne, inspirer une génération entière de digital nomade et former des milliers de personnes au marketing et à la création de contenu ?

Sortir du salariat et se créer son propre job en ligne.

Jean Rivière, le phénomène web des 10 dernières années, est l’inspiration de plus d’un infopreneur. Son boulot ? Apprendre aux gens à gagner leur vie sur internet en enseignant sa passion ! Mais au-delà de cela, c’est aussi un expert de la vente reconnu par les plus grands marketeurs français.

Créer du contenu et vendre des formations en ligne.

Avec plus de 400 formations vendues, il a formé et inspiré plus d’un d’un entrepreneur qui fait aujourd’hui partie des “gros” du web. Sans même parler qu’il a enregistré des centaines de contenus sur la productivité, la vente, la création de contenu, le storytelling, etc. 

Comment pouvez-vous suivre les pas de jean et réussir sur internet ?

Dans cet article ? Vous allez découvrir la philosophie de vie de papa Jean, la légende du web, et vous allez apprendre…

  • Comment tester votre projet et vous éclater sans craindre l’échec ?
  • Comment choisir entre 1000 façons de vivre sa vie sans déprimer ?
  • Comment oser faire “votre truc” sans la peur du regard des autres ?

Pédagogue, philosophe et expert… Jean Rivière partage ce qu’il ferait s’il n’avait qu’un souhait… En fixant un énorme panneau dans le ciel qui dit :

“Tu peux faire autre chose que ce que tu es entrain de faire”.

Cliquez ici pour suivre l’interview et vous aussi passer massivement à l’action !

La transcription complète de notre interview ici :

Hello les amis? Comment allez vous ?! C’est la vraie question du jour…

Comment est ce que vous allez ?

Alors attend l’image est un peu bleue c’est là, c’est pas beau.

Attends… Hop ! Attend on va trouver des solutions. Alors, c’est comment là ? Ah ben voilà, c’est beaucoup mieux !

J’avais l’impression qu’il y en a un qui avait nettoyé la caméra avec une tranche de jambon, comme on dit chez moi. Est ce que la connexion Internet est bonne, les amis ?

Est-ce que vous m’entendez, ce que vous me voyez ? On est étrangement déjà une vingtaine. Bah non, c’est pas étrange en fait. C’est toujours cool de vous retrouver. La qualité n’est pas terrible.

Non, non, non, non, non… Mon cher invité.

Ce n’est pas à toi que je partage ça. C’est vraiment au chat. C’est la qualité de ma caméra. Je t’ai mis le live… Attends je te remets le lien du live.

Bon, les amis, vous êtes en forme ? Vous êtes prêt à recevoir Tonton Jean ? Il est déjà venu un petit peu vers nous, mais j’espère que vous êtes en forme.

Je compte sur vous pour lui faire un tonnerre d’applaudissements virtuels pour lui envoyer des tonnes de bisou. Comme ça on va pouvoir le mettre en live avec nous. J’ai une petite série de questions là… J’ai L’impression d’être un vrai journaliste.

J’ai préparé mon job avec des petites questions bien croustillantes que j’ai à lui poser. On va lui extraire toutes les meilleures stratégies pour réussir sur le business en ligne en 2020 là. Et on va se faire un plaisir d’échanger avec Jean Rivière. Jean Rivière, bienvenue et

Bienvenue à toi, alors je te préviens tout de suite et je vous préviens tous là les personnes qui sont sur le live… C’est une interview “chausson”. Tu vois, j’ai mis mes plus beaux chaussons.

Il y a une sorte de graphique. C’est une sorte de serre ou de biche ou de truc avec des cornes. C’est vraiment les chaussons de papi tu vois… Donc là c’est l’interview, “le live Papy canapé Chausson” tu vois on est parti !

“Canapé”-“Chausson”. Ben ça me fait plaisir en tout cas.

Tu vois il ne manque plus que la cheminée, mais c’est pas trop la saison. Donc je n’ai pas trouvé, je suis désolé.

Mais en même temps, qu’est ce que ça nous fait dire les amis ? Ça nous fait dire que Jean Rivière quand il chez nous, il est bien. Il se sent bien. Il se sent comme à la maison. Et ça, c’est une vraie preuve de qualité les amis. Personnellement  ça me fait plaisir de faire ce live “Chausson”.

Personnellement, ça sera un live pieds nus. Mes pieds ne sont pas suffisamment sexy pour que je les laisse à la caméra.

Tu vas bien, Jean ?

Ecoute, moi, je vais très bien. J’ai passé une journée de folie pour une journée confinée. Non, c’est très bien. C’est très bien. Je suis très bien là. J’espère que tout le monde est bien. Les gens méritent d’être bien, de se sentir bien, d’être heureux. Tu vois… En fait, c’est une sorte de renouveau qui est en train de se passer. Je ne sais pas si les gens se rendent compte en fait. Mais tu sais, c’est ce qu’en PNL ils appellent un “pattern interrupt”.

C’est quand tu rayes le disque. Tu vois, t’as le disque de ta vie qui est pourri avec de la musique de merde et au bout d’un moment… Le disque se raille, il se passe un truc, il y a une cassure.

Et quand tu regardes les plus grands moments de ta vie, les plus grands renouveaux, les plus grands grands départs… C’est toujours suite à une cassure, suite à un truc, tu vois. Je peux te saouler dès le début du live ou pas ?

Non, mais moi je suis totalement là dedans, donc ça me vas.

Mais c’est que les plus grands renouveaux, quand tu regardes dans la vie de n’importe qui, en fait, c’est toujours suite à parfois un drame, parfois une expérience. Un peu tu vois pas top et t’as besoin de ça pour redémarrer sur des bases saines. Et moi, j’ai plein d’amis qui qui ont redémarré une vie de ouf et qui avaient une vie de merde d’avant… Suite, soit à une rupture, soit à un évènement tu vois chelou ou un peu dramatique dans leur vie.

Bon, ça va, le confinement on est pas encore tous morts, tu vois…

Mais pour beaucoup, c’est le moment de redémarrer un truc propre, de redémarrer. Je ne sais pas, je le vois comme un nouveau départ.

D’ailleurs, j’écoutais…

Attends, tu veux que ça soit n’importe quoi ton live ou pas ? Tu connais le chant du départ ou pas ? Le chant du départ, c’était l’hymne national français sous Napoléon et qui a été conçu à l’origine pour être chanté sur le même air que La Marseillaise.

Et après, ils ont changé l’air. Et c’est super beau le truc… C’est “faut envahir tous les pays. Faut que, etc.” Enfin voilà c’est un peu hardcore parce que c’est trucs de l’époque, mais c’est le chant du départ le truc, c’est un nouveau départ, c’est une nouvelle vie, c’est pour beaucoup de gens. Je pense qu’il faut utiliser ça comme un nouveau départ.

Dans le chat là, on nous dit que c’est le Covid Interupt. Nous sommes en jeunes. C’est exactement ça. Il est temps pour nous de tout redémarrer, exactement. Jean Rivière, en tout cas, merci beaucoup d’être avec nous. Si je dis pas de bêtises, ton Instagram c’est @rejointlemouvement. Donc allez rejoindre la rivière si ce n’est pas déjà le cas sur Instagram, parce que c’est tous les jours des textes incroyables mis dans des carroussels magnifiques qui vont vous transporter dans un voyage intersidéral.

Le Covid Interrupt, je ne peux être que d’accord avec toi, Jean. Effectivement, c’est une opportunité pour tous de se dire OK… Comment je vis ma vie depuis ces derniers mois, depuis ces dernières années. 

Attends, tu sais quoi… Je mets le lien du live sur Facebook pour que les gens y viennent.

Dans tous les cas, les amis, ça y est, c’est officiel, c’est notre interview super Enzo show interview avec Jean Rivière et ça démarre tout de suite.

On peut directement lancer un petit générique je pense, allez à tout de suite.

Il va y avoir de la merde. Est-ce que je n’ai pas assez de connaissances ? Est-ce que je n’ai pas assez de compétence.

Peu importe combien de fois je vais tomber… T’es heureux, t’es épanoui… Vous avez votre putain de biographie face à vous et il faut commencer à écrire.

Allez les amis! Effectivement, c’est chelou quand on tamponne le générique. Je suis tout à fait d’accord avec toi quand on est de l’autre côté c’est un petit peu étrange.

Écoute moi, j’ai envie de dire au peuple aujourd’hui que la vignette qu’a choisie Enzo c’est pas ouf quand même.

Ah oui, il y a de l’amélioration, toujours. Mais l’important, Jean… Qu’est-ce que l’important ? L’important, c’est l’action. C’est d’être dans cette dynamique finalement, tu penses pas ? Dans tous les cas, Jean… Ne réponds pas trop vite. Je n’aurais pas envie de spoil un petit peu notre notre sommaire. Mais aujourd’hui, les amis, alors entre autre bien évidemment l’interview que vous connaissez déjà avec ces questions très bien connues. De l’oeuf ou de la poule, du blanc ou noir.

On a des petits sujets pépite pour Jean Rivière. Comment devenir être heureux ? Faut-il créer sa propre philosophie ? Quelle est la méthode magique ? Parce que maintenant on a une… On voit des tonnes de personnes se raser les cheveux, acheter des lunettes et acheter un micro portatif pour faire le Jean Rivière.

Donc il y a vraiment cette méthode de réussite que tu vas pouvoir nous partager…

Il y a un vrai mouvement qui est en train de se passer en ce moment.

Les gens ne laissent plus repousser les cheveux aujourd’hui parce qu’ils ont envie de devenir riche.

On va en parler. Et c’est quoi ta définition de la liberté ? On va en parler également dans ce live.

En tout cas, merci à tous les amis de venir nous rejoindre en ce lundi soir. J’espère que vous démarrez une belle journée et on va tout de suite commencer avec nos questions ouvertes. Je vais te poser des questions et puis tout simplement, je te demande sans réfléchir de me donner A ou B.

Je te propose une question. Deux réponses potentielles et puis tu réponds, ça va ?

C’est parti. C’est “Qui veut gagner des millions” à la fin ou comment ça se passe ?

On gagne de la gratitude.

Et on peut appeler un ami ou comment ça se passe ?

On peut, c’est possible. Blonde ou brune ?

OK, on sait pas. Mais y’a quoi ?

Il y avait appeler un ami, 50/50, et c’est quoi le troisième ? Je ne sais plus.

 Haaa l’avis du publique.

Blonde ou brune ?

Vas-y balance les questions. Les gens sont chauds là.

Blonde ou brune ?

Écoute moi j’ai plus de cheveux. Ces histoires là, ça m’est passer moi. La réponse C –> Pas de cheveux. Non, c’est pas top quand même “pas de cheveux”.

Ça dépend de quoi on parle…

Je ne sais pas. Je ne suis pas très blondeur. Tu vois, c’est trop blond pour un brun. Je suis plus pour la brunitudele aujourd’hui.

C’est quoi pour Jean Rivière le pays où il faut vivre ?

Et bah y’en a pas ! Ilefaut bouger, il faut changer. Le monde est grand et on a la chance, surtout en Union européenne, de pouvoir voyager sans frontières. Et après, au delà de l’Europe aussi. Mais moi, j’étais 5 ans en Asie et le fait de revenir en Europe t’as cette magie de pouvoir passer de pays en pays sans qu’on regarde passeport, sans qu’on regarde combien de temps tu restes, sans avoir de visa.

Et c’est magique. Moi, je dis pas de pays. Moi, je dis l’Europe, Si il faut choisir un endroit. C’est une sorte de pays le machin.

C’est une belle réponse, mon cher Jean. Jean, le salaire idéal, c’est quoi?

C’est très, très, très, très cher. Ça dépend. Le salaire idéal, c’est quoi ? Le salaire idéal c’est ce que tu veux. Moi, ce que je conseille aux gens, c’est de regarder ce que tu veux faire de ta vie.  T’as une première étape où l’idée, c’est de remplacer ton salaire, de gagner ta vie enfaite, de ne pas avoir besoin de patron. Et la deuxième étape, c’est de regarder quelle vie tu veux vraiment vivre.

Il y a des gens pour qui ça coûte cher cette vie là. Il y a des gens pour qui ça coûte moins cher. Mais l’idée, c’est de trouver la vie de tes rêves. Qu’est ce que tu veux faire si tu dessines sur un papier ? Il y avait “Frank Curl” qui parlait de ça à l’époque, “Frank Curl” un marketers américain. Il disait : Si un génie sort d’une bouteille un jour et te demande “qu’est ce que tu voudrais faire de tes journées” ? Genre tu peux dessiner tes journées comme un architecte dessines sa maison et tu décides de tout ce que tu fais du matin jusqu’au soir.

Ta journée idéale. Ce serait où ? Ça serait avec qui ? Ça serait comment ? À quelle heure tu te lèves ? Qu’est ce que tu fais de la journée ? Et ce truc là, tu peux le dessiner et après, tu peux décider de le financer, c’est à dire calculer combien ça coûte. 

Et du coup, toi… Ton salaire idéal c’est combien Jean ?

Écoute, moi depuis le confinement je dépense deux francs par jour.

De façon global, hors confinement… ton salaire idéal ?

Mes frais de vie aujourd’hui, c’est plus grand chose.  C’est vraiment plus grand chose, surtout depuis le confinement. Je pense que beaucoup de marketers, beaucoup de gens sur Internet sont dans les “je ne sais pas”.

Ton salaire idéal à toi, on s’en fout des autres.

Ça dépend ce que tu peux dépenser puisque t’épargnes. Je pense que beaucoup de gens dans les gens que je connais, qui font du contenu sur le Web sont entre 5 à 10 000 € par mois de dépense.

Toi, ton salaire idéal à toi.

Moi, la plupart de mon salaire, je veux l’épargner.

Tu vois, ça n’a aucun sens, le truc.

Bah si, dis nous. C’est quoi ton salaire idéal que tu veux épargner ?

Entre 5 et 10 000€ pour tes frais de vie, selon ce que tu rêves pour ta vie. Et puis, le reste tu l’économises quoi, tu l’épargnes. Après, pour moi, l’idéal c’est que tu puisses épargner 50% de ce que tu dépenses.

Donc il faut gagner au moins 20’000€.

La même somme que ce que tu dépenses. C’est à dire que à partir du moment où tu peux épargner la même somme que tu dépenses, t’es le roi du pétrole.

C’est à dire que peu importe ce qui se passe dans ta vie, t’as une sécurité, tu peux voir à long terme, tes posée, etc. Il y a des gens pour qui c’est 1000 euros par mois. Tu vois des gens qui vivent dans la forêt, où ils payent même pas 1000 balles. Tu manges des châtaignes et des pommes de pin, donc ça coûte 50 euros. Et puis, à des gens qui vivent en ville, t’as des gens qui ont des enfants, t’as des gens qui ont des goûts de luxe, t’as des gens enfin peu importe.

Mais mon Jean, tu sais quoi ? Aujourd’hui c’est ton interview à toi et c’est que ton avis qui nous intéresse. Est-ce que vous êtes d’accord dans le chat ?

Je vais dire la vérité. Aujourd’hui, je dépense à peu près 5000 euros par mois “pré-confinement” et avant je dépensais plus. Aujourd’hui dans les 5000 par mois en étant en Airbnb. Mais en fait, en confinement tu dépenses 20 balles par jour.

Forcément.

Donc après tout le reste, c’est de l’épargne, c’est pour le futur. Puis après, c’est le jeu du business. Mais en terme de frais de vie, moi, aujourd’hui, il y a des périodes où j’ai… Je pense qu’on a tous un peu le même schéma. Quand tu commences à gagner de l’argent t’as une période où tu claques tout. Je pense que c’est saint. Je pense que ça fait du bien parce que tu as des choses à prouver aussi à ce moment là, et puis t’es content. Ça dure pas forcément longtemps. Il y a des gens pour qui ça dure plus longtemps que pour d’autres.

Et puis, au bout d’un moment, tu commences à concevoir la vie de laquelle tu as vraiment envie. Et tu te rends compte que souvent, les trucs qui coûtent les plus cher, c’est pas ceux qui apportent le plus de plaisir non plus.

On a des gens dans le chat qui nous disent “Mais est-ce que Jean Rivière connait encore le prix d’une baguette de pain et d’un ticket de métro” ?

Écoute moi je suis dans des pays où ils ne vendent ni baguette de pain ni ticket de métro. C’est du pain de mie dégueulasse. C’est une honte le machin.

Je ne suis pas sûr que tu te rend compte du truc.

C’était Antoine BM, je ne balance pas. Jean, on continue nos petites questions.  Quel est ton super héros modèle jean ? Est-ce que t’es plutôt Superman ? Batman ? C’est qui ton super héro ?

Ecoute, moi, j’ai un grand drame dans ma vie. C’est que mes héros sont devenus des ringards, sont devenus des papy. Regarde, j’en parlais tout à l’heure. On était sur Whatsapp avec des potes.

 Frankin ? Frankin est un super héro.

Il y a pire que Frankin. Quand j’étais petit, j’étais un grand fan. Tu vas te moquer de moi, le public entier et le monde entier va se moquer de moi. J’étais un grand fan de Marilyn Manson quand j’étais petit.

Et pourquoi pas !? Il s’était fait enlever des côtes pour pouvoir s’autofellationner.

Est-ce que tu sais à quoi ressemble Marilyn Manson aujourd’hui en 2020 ?

Il a dû prendre un coup de vieux.

Le gars est encore plus “bad deep” que nous.

J’aimais bien le côté, un peu ce qu’on appellerait aujourd’hui disruptif. Et puis je ne sais pas. Et ils sont tous devenus des papi. Non, je sais pas comment expliquer. T’as des gens qui voulaient tout péter pour brûler comme lui. Soit changer le monde plus en termes positif pour d’autres. Et finalement, au bout d’un moment, tu deviens un peu papy tranquille et tout.

Mise à part Marylin Manson, c’est qui ton super héros à toi ?

Les héros de notre jeunesse en terme de marketing, c’est pareil tu vois.

Dans le chat, est-ce que vous imaginez la tête de Jean Rivière maquillée comme ça comme Marylin Manson ?  Avec une grosse guitare électrique en train de tout faire péter.

Je vais te montrer des choses que les gens ne peuvent pas voir. Ecoute, j’ai pas les photos là sous les yeux, mais t’as des gens qui ont changé le monde quand ils avaient 20 ans. 

Allez, c’est qui tes super héros ?

Il y a deux options. La plupart des gens, l’énorme majorité à 25 ans ils ont fini leur parcours, c’est à dire qu’à 25 ans, ils avaient des rêves quand ils étaient gamin… Ils voulaient devenir pompier, pilote d’avion,  astronaute, tout ce que tu veux. Et puis, à 25 ans ils sont devenus représentants, vendeurs de radiateurs.

Et puis ils ont arrêté les rêves. Donc ça c’est la majorité des gens. Et puis t’as des gens qui continuent jusqu’à peut-être 40 ans à vouloir changer le monde et tout. Pis à 40 ans c’est l’État. Et moi je suis à la phase de ma vie où tu luttes contre ça. J’ai déjà reussi à 25 ans à ne pas finir vendeur de chauffage et du coup, là je suis en train de lutter sur la phase de 40 ans de ne pas devenir…

Un vieux ringard.

Finalement, comme tous les hommes normal… Tu es en train de lutter contre l’âge mon Jean Rivière. Et c’est pour ça que tu te mets sur Instagram.

Ouais, ben ouais, non, mais tu vois, tu essayes, essaye de trouver, en fait, c’est ça, c’est qu’il y a toujours un moment et pour certains, ça arrive plutôt. C’est même pas par rapport aux autres, c’est par rapport à toi. C’est il y a un moment où tu n’as plus de rêves. Tu vois, il y a un moment ou mais en fait, c’est bien, ne peut avoir de rêves parce que ça veut dire que t’es bien, ça veut dire que tu a trouvé.

En même temps, c’est hyper respectable comme truc tu vois.

On en parlera, on en parlera, c’est ça m’intéresse.

T’es bien et tout… Mais est ce que tu vois en même temps t’as quand même besoin de pousser, de lutter, de progresser ? Je ne pas. Moi si je progresse pas, je suis pas bien en même temps, tu vois. C’est un peu le grand drame de ma vie. On pourra en parler. Jean va rebondir là dessus. Après, entre deux questions et il nous reste de questions. Il nous reste deux questions : 458 ou 806.

Écoute, moi 806. J’ai lutté toute ma vie pour ce chiffre. Je pense que c’est le chiffre du bonheur. C’était quoi l’autre 400 ? 458, y’a plus personne qui croit aux chiffres. Aujourd’hui, c’est fini. On en 2020…

Et donc qu’est ce que ça représente pour toi 806 ?

Écoute 806 c’est le chiffre du bonheur. Il y a à la fois un 8 à la fois un 6.

Tu ainsi que le 8, c’est le chiffre de la chance en Asie.  Tu sais que chez nous, c’est le 7. En Asie, c’est 888 machin des 8 partout. C’est le chiffre de la chance. Et le 6, on ne sait pas le chiffre. On ne sait pas à quoi ça correspond, mais il y a une hausse de mystère quand même.

Pis le 0, tu vois, c’est à dire le 8. En fait, c’est l’inverse du Covid. C’est t’arrives en haut, c’est comme la courbe du bonheur. T’es en haut à 8, tu redescend, puis après, tu remonte quand même à 6. Moi, j’aime bien. C’est tout un symbole. Ça ne veut rien dire ce que je suis entrain de te dire.

Jean-Rivière… Quelles sont tes vacances de rêve à toi ? Quelqu’un qui voyage en permanence, qui a exploré plein de choses… Est-ce qu’on a encore des vacances de rêve ?

Moi, j’ai plus de… J’suis anti vacances un peu, tu vois. Je ne sais pas, j’ai fait trop. En fait, j’ai vécu beaucoup dans des lieux de vacances et j’adorais ça. Parce que t’es avec des gens qui sont posés et qui sont détendus. Enfin ils courent pas tous là pour aller au bureau. Tu vois en face de chez toi tous les jours, donc c’est assez détendu. Et par contre, aller en vacances, moi, les vacances, j’ai pas trop de projets de vacances.

Tu vois, y’a plus trop le concept de vacances, en fait, c’est à dire que tu peux construire ta vie autour de ce que t’as envie de faire, quoi. Et moi, en vacances, je me fais chier plutôt tu vois. Parce que c’est un peu le truc que t’as pas envie de faire du coup. Ça dépend avec des potes, des trucs et tout, tu vois. Le problème, c’est quand t’es avec des potes qui sont salariés ou qui n’ont pas la même vie.

Moi, moi, je ne supporte pas les vacances pour cette raison. Parce que, surtout avec les salariés, tu vois, j’ai plein de potes qui sont salariés. Le problème, c’est que genre, ils ont 2 semaines de vacances pis il faut qu’ils tirent le meilleur de ces deux semaines enfaite. C’est un peu comme les Américains qui visitent l’Europe. Tu vois, ils ont une semaine pour visiter l’Europe. Donc le lundi, ils font de la tour Eiffel, le mardi, ils font le truc le troisième.

Tu vois mercredi, ils font Venise. Et enfaite t’as rien vu. T’as vu que des cartes postales. T’as pas vu des gens. T’as pas senti des ambiances. T’as pas des… Tu vois parce que t’as un programme enfaite.

Donc les meilleurs vacances de Jean-Rivière, c’est des vacances avec des potes entrepreneurs et c’est des vacances qui durent 2 mois pour visiter un village de 1500 habitants. C’est ça ?

Et même, on s’en fout de visiter. Enfaite, c’est juste avec des potes, même dans le pire des endroits, je veux dire, on peut faire un super week end dans une cave ou dans un machin qui ressemble à rien.

D’accord, donc si vous voulez les amis vous faire des weekend dans des caves avec Jean Rivière. Le lien est dans la description. En tout cas, les amis, c’est officiel. Notre interview avec Jean Rivière a bien démarré. On a fait que les questions d’intro et on est déjà à 25 minutes. Merci à tous d’être connectés avec nous et aujourd’hui on va décortiquer notre Jean Rivière national. C’est parti pour le round 1.

Alors du coup mon cher Jean-Rivière. Normalement la question c’est présentation et histoire. Si je te laisse parler, tu nous fais 8 tomes de Harry Potter pour te présenter.

Non, mais je peux te raconter hein…

De façon hyper succinte, hyper succinte… Qui es tu ? Qu’est ce que tu fais aujourd’hui ? Pour le peu de gens qui ne te connais pas encore.

Alors moi, j’ai commencé. J’ai fait des études de bioéthique appliquées à la macro électronique et je me suis reconverti…

Je lui ai dit : rapide. Et il est reparti aux études de bioéthique. Ô putin.

Non, je me suis reconverti dans la vente de rallonges électriques enfaite…

Et ça, ça a été…

 Allez, trois phrases. Trois phrases pour expliquer ton parcours.

Écoute… Mon parcours, c’est quoi ? J’ai découvert un truc de fou quand j’étais jeune, qui était de créer des choses sur le web. Donc à l’époque, sous forme d’un blog. Et puis après, sous forme de vidéos, sous forme de ce que tu veux, enfaite. Et depuis, c’est devenu ma vie enfaite. Et le machin, ça fait des années et des années. Et voilà, c’est devenu ma vie enfaite et ça m’a permis de vivre des expériences un peu un peu folle enfaite, enfin de vivre je sais pas sous les cocotiers, de faire des trucs un peu un peu fous.

Et maintenant, je suis un peu moins fou, tu vois. On parlait de Marilyn Manson tout à l’heure. Tu vois, c’est un peu le même délire. Je suis un peu moins fou, mais mais… Mais du coup, c’est quand même ça qui a permis de vivre une vie différente, tu vois. Et je fais du contenu. Je fais des textes et des audio, des vidéos, des trucs pour montrer aux gens que c’est possible de vivre un truc différent si tu veux.

Et ça fait des années maintenant que tu fais ça et que tu a éduqué des gens sur le marketing, sur le marketing en ligne, sur le storytelling, sur leur capacité à pouvoir vivre également de leur contenu. On parle de combien de milliers de personnes qui ont suivi tes enseignements ?

De millions de millions.

De millions de milliers ?

Exactement.

Non, non. On ne sait pas, on ne sait pas, enfaite.

Moi je ne suis pas parmi ceux qui ont la plus grosse audience, mais les gens, ils sont souvent là depuis des années et des années enfaite.

Donc c’est un peu comme une famille. Enfin, moi c’est ce que j’enseigne aussi…

C’est que, tu sais d’un coté… Enfin il y a plusieurs façon de travailler dans ce business.

Il y a des gens qui sont bons pour heu… Tu sais, qui sont un peu des schowman ou des showwoman tu vois. Enfin, des gens qui sont là pour faire le show et qui sont très, très, très bons là dedans et qui peuvent attirer, attirer une audience incroyable. Et puis t’as des gens qui sont là, qui sont plus heuuu.

Tu vois des papys ou des mamies, tu vois… Genre t’as ta famille et puis en prend soin et amène toujours de nouvelles idées. Et puis les gens te suivent et puis t’as crée un truc enfaite. Mais  qui dure depuis genre 10 ans, tu vois. Et moi, c’est plus, c’est plus mon cas quoi.

En tout cas, pour ceux qui ne connaissent pas encore Jean Rivière, je vous invite vraiment à aller le rechercher sur Internet. Il y a beaucoup de philosophie et de vision de la vie et du monde derrière ses conseils et ses stratégies en marketing.

Je regarde depuis ces dizaines d’années que tu travailles. C’est quoi ton super pouvoir à toi ? Si toi même tu étais ton propre super héros et que tu avais un super pouvoir, ça serait lequel ?

Moi, je croyais que c’était la création de produits et les argumentaires de vente. Parce que les deux sujets sur lesquels j’ai fait le plus de contenu, le plus de formation et tout. Mais en fait, au fil des années, je me rends compte que même un argumentaire de vente facile, même si ça sert, ça sert pas à grand chose quand les gens te font confiance enfaite, tu vois. Enfin, dans le sens qu’on a créé une sorte de famille en ligne, de gens qui te suivent, de gens avec qui tu partage les idées tous les jours.

Souvent, ils achètent un produit si tu crées un produit juste à cause du titre, enfaite, parce qu’ils connaissent enfaite, enfin c’est comme quand tu achètes le bouquin d’un auteur que tu aimes bien. C’est comme quand t’es fan de, je sais pas t’es fan de Lady Gaga bah tu achètes maintenant, on n’achète plus sur, c’est sur Spotify tu vois, mais tu vas au concert ou tu fais machin parce que tu sais que c’est une personne que tu aimes bien enfaite.

Et je pense que la force du truc, en tout cas au fil des années comme ça, c’est vraiment ça, c’est d’avoir créé un truc, mais ça… N’importe qui peut le faire enfaite. Il suffit de raconter des trucs intéressants et puis de créer un truc avec des gens qui aiment les mêmes idées que toi et qui se retrouvent dans les médias.

Donc ça serait quoi, ton superpouvoir ? Raconter des histoires ? On a Marion qui bous dit dans le chat… L’écrit , la connexion avec les gens. C’est quoi ?

Moi, je pense que c’est d’avoir fait mon truc c’est à dire à des moments même où c’était un peu difficile de faire un truc différent. Ou tu vois de pas rentrer dans un moule ou dans un truc d’avoir continué à faire un peu ce que j’avais envie enfaite.

C’est ça ton superpouvoir ? Ça a été de lutter finalement contre l’approbation des gens ?

Pas forcément de lutter. Mais t’as ton idée, tu l’as fait, tu vois ce que je veux dire ou pas. Tu n’as pas besoin de faire comme tout le monde ou t’as pas besoin de, tu vois. Aujourd’hui, c’est plus facile. Il y a des périodes où ça a été plus dur parce que tout le monde faisait pareil. Mais  tu vois t’as ton idée, t’as ton truc et tu fais ça enfaite et c’est bien. Et puis voilà, on s’en fout de ce que pensent les gens… Tu vois ce que je veux dire ou pas ?

Exactement.

Les amis, on est 70 connectés en direct. Merci d’être connectés.

Salut à tout le monde !

Bien évidemment, laisser un énorme like sous cette vidéo, on est au moins 70. Donc on veut au moins voir 120 like s’afficher. Débrouillez vous, faites les math et trouver le moyen d’y arriver. Et je veux surtout les amis que vous repartagiez ce live à tous vos amis, à toute votre famille, à toute votre communauté. Votre grand mère a besoin de voir Jean Rivière.

C’est devenu évident aujourd’hui. Il est le nouveau célibataire du marché du troisième âge. Donc il faut le mettre à la disposition de toutes ces dames et de tous ces hommes. Donc allez-y, repartagez ce live.

Écoute. J’ai un super projet pour les personnes du troisième âge. Est-ce que ça intéresse, ça intéresse les Français ou pas?

Garde le nous sur le coin de la langue. On le garde et on continue.

OK, Jean, du coup… Comment est ce que t’as découvert ton superpouvoir ? Si c’est celui de réussir à continuer à avancer sans prendre en question la société. Comment t’as développé ça ?

Moi, j’ai commencé sur le marketing à une période où il n’y avait pas beaucoup de monde enfaite sur le marketing à l’époque quand j’ai commencé en français, tu vois. Et il y avait des personnes qui  faisaient leurs trucs entre eux…

Et puis moi enfaite j’étais un peu l’électron libre à part tu vois. Aujourd’hui, on n’est plus que des électrons libres, tu vois. Il y a une sorte de richesse, de machins de foule qui est en train de se passer depuis peut-être heuuu…

Je ne sais pas, 3 à 5 ans, mais à l’époque, ce n’était pas forcément le cas. Et c’était peut être un peu dur de s’affirmer, de faire un truc en dehors du moule, quoi. Après, moi, je voulais faire ce métier là pour être libre et pour faire mon truc, quoi. Mais ouais, je ne sais pas comment répondre à ta question. Comment j’ai découvert ça ?

Par l’expérience. Au début, comment ça c’est fait ?

Non mais  même, moi ce bout je le fais pour être libre tu vois.

À la base, c’est bien de gagner de l’argent tu vois, t’es content quand tu dépasses  des paliers et que tu fais des trucs. Mais moi, quand je me suis mis en indépendant, je ne pensais même pas. Je croyais même pas que je pourrais gagner de l’argent. Tu vois,  gagner de l’argent si, pour bouffer, tu vois. Mais mon objectif, au début, c’était pas être salarié et c’était ça que je voulais pas.

Si tu veux, le truc que je voulais pas c’était être salarié. Ça, je ne voulais pas de ça. Et donc, peu importe que…

Finalement, c’est par cette envie initiale de ne pas être salarié et par l’expérience, par le fait de faire des choses qui t’ont mis sur ce chemin ?

Voilà, ben c’était vraiment ça le projet de départ pour moi. Quand j’ai commencé dans l’entrepreneuriat en étant indépendant, c’était vraiment d’être tranquille. Si tu me laisse dans une école tranquille et que je gagne de quoi manger, j’étais content. Si je n’avais pas besoin d’aller bosser dans une entreprise, tu vois ce que je veux dire.

Pourquoi tu fais ce que tu fais aujourd’hui Jean Rivière ?

Et pourquoi tu continues à faire ce que tu fais ?

J’adore ça. C’est génial. Je ne sais pas, j’adore ça. C’est génial comme truc. Tu t’amuses tous les jours… Enfin je ne sais pas, c’est quand même cool quoi. Il y a peu de gens qui prennent autant de kiff dans leur boulot que les gens qui créent du coup, enfin. Si tu crées du contenu et que t’aimes ça, enfin c’est juste magique enfaite. Chaque jour est une aventure. Moi, j’adore ça. Je ne peux pas arrêter enfaite. J’ai essayé, je ne peux pas arrêter tu vois.

C’est vraiment cette passion,  la passion de la création plus qu’autre chose finalement, qui te pousse à continuer d’acheter, de créer pardon ?

Bah ouais, enfin je sais pas, c’est agréable tu vois. Tu vois t’as des gens qui sont en train de se forcer le matin. Je ne sais pas comment ils font avec moi. Je ne sais pas, moi le matin, quand je me lève avant même de faire le café, j’ouvre l’ordi ou l’iPad, ou le truc. J’ai envie de voir. Qu’est ce qui s’est passé pendant la nuit ? Comment ça se passe ? Qu’est ce qu’on raconte aujourd’hui… Enfin tu sais t’as cette envie là le matin.

C’est quand même agréable plutôt que de traîner au lit en n’ayant pas envie d’aller au boulot. C’est quand même plus agréable. Tu vois, après, c’est même pas une question. Tu vois l’argent, ça rend plus enfaite. Il y a des périodes t’en gagnes plus, et des périodes t’en gagnes moins enfaite peu importe. La plus grosse transformation c’est qu’est-ce que tu fais de tes journée enfaite. T’es entrain de faire un truc qui te fait kiffer. Tu es en train de faire un truc dans lequel il y a des défis tous les jours. C’est comme un jeu enfaite le truc. Tous les jours, tu ne sais pas ce qui va se passer après. Tu lances un nouveau projet, un nouveau sujet, un nouveau machin. Il y a un renouveau permanent. Je sais pas. Moi, j’ai vraiment trouvé le truc que j’adore. Après, sur les détails, voilà. Des fois, tu essayes des trucs, ça correspond moins machin, mais sur la ligne, la grande ligne du truc, c’est quand même fascinant comme machin tu vois.

Et bien maintenant, les amis, vous savez pourquoi jean Rivière est Jean Rivière. Et on va pouvoir passer à la partie 2 de notre interview, alors restez bien connectés avec nous. Parce que dans quelques minutes, on va voir pourquoi est ce qu’il est essentiel de créer sa propre philosophie pour être heureux et les méthodes pour réussir sur Internet : la méthode Jean Rivière. On achète des polos, on se rase les cheveux, des lunettes, un airpods et un micro et on est parti pour conquérir le monde.

On est parti pour le round 2 de notre interview. Juste avant de reprendre, petite pause publicitaire les amis, si vous voulez découvrir mon parcours, comment est ce que j’ai quitté mon job, fais le tour du monde et monter un business en ligne qui m’a rendu libre… Tout ça est dans mon bouquin, le lien est dans la description, juste en dessous. Je ne fais aucune marge, je ne gagne pas d’argent. Je gagne juste le droit de discuter avec vous de façon prolongée et intime pendant 450 pages.

Allez voir dans la description juste en dessous, vous allez kiffer et trouver énormément de pépites, j’en suis persuadé.

Tu sais que dans ce livre, il se passe un truc de fou en page 67. Il y a des trucs… Il y  a une image précise où tu vois. On ne dit pas ce qui se passe. Page 67, je leur dis pas, je leur dis pas, il y a des choses qui se passent. C’est assez impressionnant. Il y a des gens qui sont devenus fous à cause de ça quoi. Après,  on ne parle pas de la page 128, la page 128 c’est une autre dimension. Mais la page 67. Moi il s’est passé des trucs dans ma vie quand j’ai vu ça. Je te raconte pas.

Mais il y a des gens qui depuis, depuis avoir lu, depuis qu’ils ont lu la page 128, ils ont des visions du Christ. Tous les soirs, voilà… C’est assez puissant. C’est incroyable. Les amis, c’est du Jean Rivière hein. Vous avez aimé ça ? Vous avez aimé ça au quotidien? Arnaud qui nous dit il y a 450 pages ou 330 pages ?

Je pense que tu as raison, Arnaud. Round 2, Du coup, on est parti.

Jean Rivière et tes trois plus grosses galères ?

Ou là, il y en a pas que 3, il y en a beaucoup.

Dont personne n’est au courant…  Tes trois petits secrets, les trois trucs que tu mets pas sur Instagram, les trois trucs dont t’es pas vraiment fier de partager. Expliquant un peu aux gens ce qui se passe derrière la boutique tu vois. Ce qui est la vérité, tu vois la vérité de ton voyage, la réalité qui est d’ailleurs l’entreprenariat… C’est à dire que ce que tu veux atteindre aujourd’hui, il y a énormément de gens qui sont connectés avec nous, qui nous suivent, pour lesquels peut être tu as changé la vie.

Ou peut être que tu vas changer la vie, mais je sais que c’est une valeur qui est importante pour toi. C’est de leur dire, OK. Il est possible de créer tout ça. Et ça, ça existe. Et ça, c’est réel. Et ça, ça me fait vivre et ça m’anime depuis 10 ans, depuis 15 ans. Mais la réalité, c’est qu’il faut être prêt à payer ce prix là. C’est quoi ce prix?

Ben y a plein de choses. Il y a plein de choses qui ne sont pas, qui ne sont pas ou ouf enfaite. Tu vois… Peut être la première chose. Enfin moi, je ne sais pas. Moi j’ai toujours été obsédé pour essayer de trouver le système parfait. Tu vois le truc idéal. Le truc où t’as plus rien n’a changé, tu vois. Et enfaite, tu te rends compte que tu changes d’avis très souvent et que finalement, même si tu trouves un bon système, il faut qu’il y ait une certaine dose de variété dedans.

Tu vois, tu ne peux pas trouver le truc. Moi,  j’ai toujours été obsédé par les systèmes. Enfin tu sais, les gens qui me suivent, ils le savent. Mais dans ton système, à l’intérieur de ton… C’est même pas un truc horrible que je suis en train de te raconter. Il n’y a personne qui est mort avec ça. Y’a quoi de vraiment vraiment glauque enfaite ? Il y a peu de choses glauques après c’est de je ne sais pas, tu vois… Peut-être des trucs perso. Après moi j’ai même pas trop d’embrouilles, tu vois, parce que je travaille plutôt seul. Donc tu vois des dramas y’en a une fois tous les deux ans, tu vois. Mais c’est pas…

C’est quel genre de galères perso qui peut arriver à un Jean Rivière ? Nous, on te voit tous comme quelqu’un d’un destructible. On te voit tous comme quelqu’un… Tu sais, la pluie te coule dessus comme ça sur ton crâne luisant et tombe et s’éloigne de toi. On a l’impression qu’il y a aucun problème qui peuvent t’arriver.

Parfois, c’est parfois t’as envie de faire des trucs mais c’est pas ce qui marchent aussi. Tu vois, de genre t’as vraiment envie de faire tel truc…

Jean Rivière échoue encore en 2020 ? C’est impossible.

Ha bah ouais, t’échoue tous les jours. Moi, je n’arrête pas d’échouer enfin c’est… Moi, je suis un passionné par les tests. En fait, je suis un passionné des tests. Donc j’adore essayer des trucs. Voila, je vais me calmer un peu maintenant. Mais j’ai passé quand même un an à tester, tester, tester… Quand tu teste des trucs, la plupart des machins ils ne marchent pas enfaite. Tu vois les trucs qui ne marchent pas et parfois, c’est un peu… Là par exemple, je suis  revenu à mes trucs.

J’ai testé plein de façons de créer des produits ou de lancer des trucs et tout. Mais après, ça a confirmé ce que je faisais avant parce que c’est ce qui marche le mieux pour moi, finalement. Mais t’entends, tu dis ouais, je ne sais pas, tu vois t’as envie de changer , t’as envie de bouger. Mais enfaite, ton truc il marche quoi. Je sais pas, mais quand tu testes, tu échoue. Plus, plus, plus souvent que tu réussis, enfaite. Tu vois ce que je veux dire ou pas ?

Comment est-ce que… Je veux dire ça fait plus de 15 ans que tu fais ça. Comment est-ce que tu fais pour accepter le fait de toujours tester et de encore échouer 15 ans après ? Il y a plein de gens qui sont là, qui nous écoutent et qui, peut être, ont envie de lancer un nouveau projet, une nouvelle division dans leur business. Ou peut-être de lancer même leur premier business et qu’ils n’osent pas à cause de ça. Et toi, tu nous dit complètement décomplexé que 15 piges, tu te plantes toujours et c’est OK.

Comment on fait ça ?

Il faut se rendre compte. C’est qu’il n’y a pas un truc sur deux qui marche. Les trucs qui marche c’est une aiguille dans une botte de foin, des trucs qui vont marcher pour toi. C’est à dire que tu peux tester son truc. Il y en a un qui va marcher pour toi, mais le truc qui va marcher, il va tout déchirer cartonné. Mais c’est pas genre il y a la moitié des trucs qui vont marcher moyennement.

Enfin tu sais ça rejoint la règle des 80/20. La loi de Pareto, tout ça. C’est que t’as un truc ou deux trucs ou trois trucs dans lesquels tu peux vraiment devenir excellent. Mais la plupart des machins ils vont genre pas du tout marché et souvent les gens et surtout les personnes qui viennent du salariat, souvent parce qu’ils sont habitués à un revenu stable, à un machin ou surtout à mériter tu vois un résultat par rapport au travail qu’ils ont fourni alors que dans notre métier, tu mérites rien.

Les revenus ne sont pas du tout corrélés au travail. Il faut quand même faire un minimum, mais ce n’est pas en travaillant plus que tu vas gagner plus. Je veux dire tu vois, tu ne vas pas mériter un succès. Et en fait, les trucs qui marchent, c’est souvent. C’est pour ça qu’on les trouve. C’est une révélation, enfin c’est genre tu vois la lumière qui descend du ciel, le machin, parce que c’est une aiguille dans une botte de foin.

Enfin, moi il y a un truc sur 100 qui ont marchés pour moi. Moi, j’ai eu la chance d’avoir trouvé quelques machins qui marchaient au début. J’ai eu cette chance là. Après, j’ai testé plein d’autres trucs. Il y a certains machins qui ont marché, mais j’ai dû quand même tester plein avant de trouver ceux qui, tu vois qui étaient bien. J’ai eu la chance au début, parmi les premiers trucs que j’ai testé, de tomber sur un ou deux trucs qui marchaient bien pour moi.

Et je pense que c’est un peu pareil pour tous les gens qu’on réussit. Il ne faut pas se faire d’illusions. Il n’y a pas la moitié des trucs qui vont à moitié marcher enfaite. C’est pas comme ça. Il y a un truc sur 100 qui va tout déchirer, qui va changer ta vie, qui va t’amener dans l’espace, tu vois dans les étoiles… Et 99% des trucs qui ressemblerait à rien enfaite, tu vois qui vont servir à rien quoi. C’est pour ça que le fait de tester et tester, tester et surtout de pas s’attacher émotionnellement aux trucs que tu testes tu vois. Dans les start up, ils ont cette idée, enfin ce concept MVP minimum viable product. En fait, c’est un produit jetable, c’est le produit minimum viable. Le truc tu te n’attache pas emotionnellement au machin, tu lances un truc juste pour savoir si ça marche. Tu ne vas pas investir dedans, ni émotionnellement, ni financièrement, ni machin. C’est juste un test. Le truc qui est jetable, enfaite. Et tu testes et tu teste et tu testes.

Et dès que tu trouves un truc qui commence à accrocher, ça veut dire peut être que si tu t’y mets plus à fond et que tu mets plus d’effort dedans, tu pourrais transformer en une sorte de merveille. Mais il faut, il faut tester, il faut tester, tester. Et surtout, au début, tu ne sais pas du tout ce qui peut accroché. Au début, quand tu rentres dans le machin, moi, je vois beaucoup de gens qui s’attachent vraiment émotionnellement à un projet particulier qui vont y passer vraiment  deux ans.

Même pire dans d’autres secteurs. Des personnes qui prennent des prêts, des machins, des trucs. Et tu te rends compte, les statistiques de l’Insee. Moi, ce n’est pas mes stats à moi, c’est les stats de l’Insee quoi. 95% des start up qui échouent. 50 % de Sàrl à 5 ans qui n’existe plus. Je crois que c’est +70% des auto entrepreneurs qui n’existent plus après deux années, deux années. Tu vois ce que je veux dire ou pas, parce que tu attaches à un projet et que t’es impliqué émotionnellement dedans, a mis tout ton fric dedans dans ta tête sur le papier. Mais les machins qui marchent sur le papier il y en a 15’000. Tu vois ce que je veux dire. Et après, faut les tester, il faut les essayer. Il faut essayer et dès que ça ne marche pas, tu passes au suivant, au suivant, en suivant. Par contre, quand tu trouves un truc qui peut marcher là, faut s’impliquer, quoi. Tu vois, pas forcément qui marche de fou, mais qui commence à marcher. Ça veut dire que si tu t’implique dedans, tu peux peut-être le transformer en une sorte de merveille.

Les amis, les amis les amis. J’espère que vous avez mis votre vie en pause et que vous avez pris des notes et des photos mentales de ce que vient de nous partager Jean Rivière. Parce que je peux vous garantir que c’est la pépite. Jean Rivière, tu seras où dans 5 ans, et tu feras quoi ?

Écoute, je serai au Guatemala en train d’élever des chèvres, des chèvres naines peut être. Je ne sais pas. Non, je ne sais pas. Dans cinq ans, on est quoi…  2025 ? Ecoute, moi j’ai lancé, je me lance un projet. Je ne sais pas, ça vous intéresse ou pas les gens ? C’est assez bizarre comme truc. J’étais parti pour faire un an de Airbnb. Je l’avais déjà fait dans ma vie auparavant donc de bouger toutes les semaines enfaite. C’était mon idée. Mais avant le virus tu  vois, de toutes les semaines je prends un nouveau Airbnb, change de ville, machin. Moi, j’ai un principe pour voyager parce que c’est relou quand t’es dans des coins où tu ne connais personne quoi. Moi, j’ai ce concept de base, donc une base pour moi, c’est un lieu. C’est une ville dans laquelle je connais du monde. J’ai des amis. Où j’ai mes restos favoris,  je ne sais pas, mon hôtel ou mon Airbnb favori. Enfin, tu vois t’as des repères enfaite. T’es un peu chez toi.

Et de mélanger les bases avec des nouvelles bases à explorer. Tu vois la plupart du temps dans des comptes, tu connais. Et puis, de temps en temps, tu veux explorer un nouveau coin pour voir ce que tu peux en faire. Envie de le garder comme base ou pas ? Et finalement, tu vis vraiment comme un multimillionnaire milliardaire. Je ne sais pas ce que tu veux. C’est comme si tu avais des villas ou des apparts dont 15 villes ont fait que tu avais du personnel pour t’en occupé.

Sauf que t’as pas besoin d’Airbnb vu que c’est des Airbnb favori. Mais tu sais déjà comment tu vas vivre, t’as le café du coin que tu connais… T’as ton resto préféré. T’as ton machin, t’as tes amis sur place, tu vois. Donc moi, c’était mon projet. Bon, après le virus, là, ça peut changer la donne. Mais je me suis lancé. Ben ouais, parce que là, c’est pas top pour voyager et je me suis lancé.

Un nouveau truc, c’est d’acheter des apparts. Là, je vais commencer dès que je peux repartir d’acheter des petits appartements. Des pas cher. J’ai des coins là que je connais en Europe de l’Est. J’ai vécu pas mal en Europe. Il y a des coins qui ont des forts potentiels de croissance. Donc, tu achètes un appart et tu le retape. Donc le premier appartement tu vis en Airbnbque tant que tu le retapes, tu aménage l’appart et tout.Et après tu vis dedans enfaite. Et pendant que tu vis dedans…

Et pendant que tu vis dedans, tu aménages, tu achète un autre appart, tu es tu l’aménage. Et après tu loues. Enfin tu vois, tu enchaines et tu crées un parc immobilier comme ça. Mais c’est des truc pas cher. Pourquoi pas cher ? Parce que moi, je n’ai pas envie de tout mettre en immobilier. Et puis, ça te permet, quand c’est pas cher, de bouger vite, Tu sais de pas attendre 15 ans avant de faire l’autre appart. Dès que tu te fais chier, tu changes enfaite, tu vois.

Donc, c’est pour développer ce nouveau projet. Finalement, développer un petit parc, de faire un espèce d’amusement… C’est le nouveau projet du moment.

Voilà. Moi, j’aime bien que j’aime bien créer et construire des maisons, des trucs que j’aime bien. J’ai besoin d’avoir un projet, d’un truc qui est en train de construire. Moi, j’ai ce besoin là dans ma vie. Tu vois.

Finalement dans 5ans mon Jean Rivière tu seras encore en train de construire tu penses ?

Peut être, ouais. Je sais pas, probablement.  mais tu sais, je ne sais pas. A part ça, c’est un projet qui est intéressant, mais pareil moi je veux rester en Europe aujourd’hui… Aller en Asie. Mais j’ai habité en Asie tous les ans, mais je vais revenir  tous les ans. enfin hors virus tu vois.  Dire bonjour à tout le monde, voir un peu les endroits où j’ai été, puis revoir un peu tout le monde, mais sinon…

On a Mohamed dans le chat Jean qui nous dit… Ouais mais dans ce cas là, tu vis toujours dans les travaux.

Ah ben non, mais non. Parce qu’enfaite…

Mais bien sûr, c’est pas chez toi.

Tu vois les travaux à coté, mais moi, j’aime bien…

Mais c’était drôle cette image, parce qu’en fait c’est plutôt vrai. Parce qu’en faite t’as besoin d’être en construction finalement perpétuelle.

Moi, j’adore ça. Moi, j’ai besoin de ça.  Enfin quand ça stagne je m’emmerde enfaite. C’est pas possible.

Jean Rivière, c’est quoi ta citation préférée ?

Ou là, j’en ai posté plein récemment, je sais pas c’est quoi ma citation préférée, mais je vais t’en donner une là de fou qui déchire tout. Attends 2 secondes hein que je la retrouve. Ecoute, j’ai autre chose qu’une citation. Je te dirai ça tout à l’heure, mais j’ai un truc de ouf aussi. Alors, ma citation préférée… Attend parce que ça charge c’est en train de loader là.

Jean Rivière on a quelqu’un dans le chat là qui rebondit et c’est très intéressant. Pourquoi tu fais ça ? Est-ce que c’est pour la postérité ? Est-ce que c’est pour l’ego ? Est ce que c’est pour toi ? Pourquoi tu fais ça ?

Moi, j’aime bien construire des trucs, en fait. En fait, si j’ai pas un projet en cours, je ne vais pas un truc qui est en train de progresser. Je m’emmerde, en fait.

C’est ton épanouissement personnel à l’instant T ?

Après, si tu perds pas d’argent avec, c’est mieux, tu vois.

Il y a une vision entrepreneuriale dans tous les cas de la vie.

Ouais, mais même pas forcément entrepreneuriale, c’est de construire. Mais peu importe, ce soit un jardin, un truc, n’importe quoi, mais d’avoir un truc en friche et que tu es en train de faire progresser, tu vois. Parce que j’adore ça. Par contre, quand c’est fini, je m’emmerde en fait. Je me suis rendu compte de ça dans ma vie aussi. C’est que souvent, quand tu construit un truc, que ce soit un business, un jardin, une maison ou n’importe quoi, tu vois…

Tu sais t’imagines la vie rêvée qu’on c’est fini en fait. Tu sais t’imagines il y a un point  où c’est fini pis c’est le rêve. En fait, tout le monde est heureux. Tu vois…

Quand tu atteints ce point, tu comprends que c’est juste une autre routine quoi.

bah de 1 tu te fais chier. Puis de 2, t’as la nostalgie, t’as tous les souvenirs des galères que tu as eu avant, enfin tu vois regarde les meilleurs souvenirs que tu as dans ta vie… C’est des galères, c’est des  trucs où t’as lutté. C’est le truc où t’as créé un truc. Tu vois ce que je veux dire. C’est, la nostalgie elle est là. T’as envie d’être encore dans les moments où t’as fait, je sais pas moi j’ai besoin de ça quoi.

Ma citation du moment, alors c’est pas la citation de ma vie, c’est la citation du moment. C’est fais-en moins, mais fais le mieux, tu vois. Moi, c’est ce que j’essaie de faire en ce moment.

Et la citation de ta vie, si il y en avait qu’une seule… Ce serait quoi ? 

J’aime bien. Tu sais j’adore Antoine de Saint-Exupéry. Les trucs… Je me rappelle plus des trucs. Mais tu sais le petit prince. Les trucs sur l’émerveillement. Moi c’est un thème que j’aime beaucoup, c’est de voir, de revoir le monde. Un peu comme un gosse, comme un enfant qui s’émerveille. Comme c’est la première fois que tu vois le machin. Tu sais, on est vite blasé en fait. Moi peut-être que c’est ça que je cherche aussi en faisant des projets et tout.

Je ne sais pas. Je pense que le pire dans une vie, c’est d’être blasé en fait. Tu sais t’as des gens qui ont tout enfait. Ils ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont et ils sont là… Et en fait le fait d’être blasés ça veut dire que tu kiffes pas ce que t’as enfait.  Enfin enfait, je veux dire t’as une vie de ouf et tu la kiffes pas en fait. Mais tu peux être blasé à n’importe quel niveau de ce que t’as réussi dans la vie en fait.

Exactement.

Donc c’est une tristesse le machin, parce que t’as réussi des trucs que la plupart de l’humanité rêveraient de réussir. Et toi, t’es comme un connard a ne pas apprécié en fait. Et l’émerveillement, c’est l’inverse d’être blasé en fait. C’est que tu regardes le truc comme un gosse qui voit ça pour la première fois quoi. Et moi, je trouve ça beau. Je ne sais pas. Donc je n’ai pas de citations. Mais si tu lis Le Petit Prince, il y a des trucs magnifiques là dessus.

Il faut que je le lise.

Et j’aime beaucoup l’émerveillement, parce que beaucoup trop de gens, moi le premier, on  parle de gratitude et je pense que tout le monde met un peu tout et n’importe quoi dans le truc. Émerveillements, c’est très intéressant, merci pour ça mon Jean.

Jean, si tu avais une baguette magique qui pouvait réaliser ce que tu veux. Tu trouves la lampe du génie. Tu la frottes là. Et là t’as le génie qui sort, mais t’as un seul souhait.

C’est ce que tu veux comme souhait, à l’échelle que tu veux. Qu’est-ce que tu réalises ?

Je sais pas. Écoute moi peut être de faire réaliser aux gens que t’as autre chose qui est possible. Souvent, je ne sais pas comment l’expliquer, mais a plein de gens qui sont coincés dans un truc, qui ne se rendent pas compte que c’est que c’est pas si dur en fait… Que le barrière elle est complètement mental en fait. Enfin tu vois ce que je veux dire ou pas ?

Bah bien sûr.

Que t’as des gens qui sont des, tu vois… Je ne sais pas, qui ne sont pas forcément plus intelligents que la moyenne, qui n’ont pas forcément non plus de force ou moins.

Tu vois Kiki, juste…

Donc si tu avais un souhait… Ce serait celui d’aider les gens à avoir une prise de conscience là, tout de suite.

J’aimerais mettre un énorme panneau dans le ciel, sous les nuages qui clignotent. Et qui dit : Mais tu peux faire autre chose que ce que tu es en train de faire en fait. Tu vois ce que je veux dire ou pas ? Enfin je veux dire c’est possible en fait tu vois ?

Ben maintenant vous voyez, vous voyez pourquoi Jean Rivière fait ce qu’il fait. On continue les amis dans notre tram d’interview dans quelques minutes, on va demander à Jean Rivière. : Quelle est la méthode magique pour réussir sur Internet ? Pourquoi faut-il créer sa propre philosophie pour être heureux ? Mais juste avant ça, on est parti dans la “question à un milliard”. C’est parti.

On a Jean-rivière pendant le truc en off qui disait ça dépend si c’est toi qui paye ou c’est moi. Mes amis en est aujourd’hui avec Jean Rivière, Tonton Jean qui vient répondre à nos questions sur le live.

On est 80 personnes connectées. Merci à tous d’être connectés avec nous. Mettez un énorme like en dessous de cette vidéo. Partagez cela à vos amis et surtout à vos grands-mères. Et on est parti pour la question à un milliard. Jean Rivière, selon toi… Est-ce que l’on naît entrepreneur ou est-ce que l’on devient ?

Je pense qu’on peut le devenir, mais que quand même, on l’est un peu. Ça veut dire que t’as des gens qui sont faits pour ça, qui ne seront jamais heureux en fait quand on leur donne des ordres, quand ils sont à un truc formaté et tu vois qu’ils ont besoin de ça. Enfin il y a des gens pour qui c’est un besoin. Il y a des gens qui peuvent construire ça parce qu’ils en ont marre du salariat, du truc. Mais il y a des gens qui sont nés comme ça, enfin c’est clair.

Tu vois ce que je veux dire ou pas. Il y a des gens qui ne supportent pas de vivre une vie… Tu vois, qui ont besoin d’être libre en fait. C’est vrai que nous on parle beaucoup d’argent souvent…  Surtout, on est les premiers coupables un peu dans le milieu du marketing a parler que de fric. Mais en fait, ce que beaucoup de gens veulent, c’est d’être libre en fait, qu’on leur foute la paix.

Tu vois , de faire leur truc en fait. De vivre un truc qui kiff et de voilà, après si tu gagnes de l’argent, c’est la cerise sur le gâteau, c’est le dessert le machin, tu vois. Enfin c’est mieux quoi. Mais en fait, ce que les gens veulent à la base, c’est qu’on leur foute la paix. Je sais pas, mais il y a des gens qui, qui ne supportent pas ça, qui ne sont pas heureux. Tu sais que c’est nouveau… En fait, le truc phénoménal et là j’ai un truc de ouf à te raconter. Tu vois Enzo et tout le monde là qui est là. C’est qu’on a l’impression qu’être indépendant, tu vois parce qu’il faut faire une différence entre entrepreneurs et indépendants. Je veux dire on n’est pas Jeff Bezos, on a pas monté heu, tu vois on est pas Edouard Leclerc et tout tu vois, on est des gens. Souvent, il y en a certains, oui, mais on est des gens souvent qui veulent juste qu’on leur foute la paix et  vivre leur rêve dans leur salon, enfin tranquille.

Mais quand tu te rends compte, on a l’impression de passer pour des extraterrestres, mais tu vas voir dans d’autres cultures. Je ne sais pas, tu vas voir en Asie. Moi, j’ai vécu pas mal en Asie du Sud-Est, mais tu regardes que c’est le mode de vie normal. Il y a là bas, tu regardes. Dans des pays comme le Cambodge, il y a deux types de vie en fait. Il y a les personnes qui sont à la campagne, les familles qui sont à la campagne, qui sont plus agriculteurs, donc qui ont une ferme familiale, mais qui travaillent à la maison.

Donc, du coup, t’as les personnes qui habitent en ville. Qui ont souvent un magasin familial, tu vois… Ou ils habitent à l’étage ou dans le machin. Tout le monde vote dans le machin. Je veux dire, il y a par le passé ou dans certaines cultures, c’est le mode de vie normale en fait. Tu vois, y a le côté mode de vie où t’es libre, où t’es chez toi où tu vois, tu bosses tout seul ou en famille, et il y a le côté Jeff Bezos, Edouard Leclerc, tu vois…

Mais tu peux faire les deux. Mais ce que je veux dire, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui ont juste envie qu’on leur foute la paix, d’être libre, de créer un truc Chez eux, d’être tranquille quoi… De travailler à la maison en fait quoi. Et c’est un truc qui n’est pas nouveau… Nous dans notre culture, c’est nouveau parce qu’il y a une sorte de renouveau depuis quelques années autour de ça.

Mais dans beaucoup d’autres cultures, c’est un machin qui n’est pas nouveau. Le truc qui est nouveau, c’est qu’aujourd’hui, on peut le faire sur le web. Donc on a les possibilités de toucher beaucoup plus de personnes que si tu avais un magasin de quartier. Tu vois ce que je veux dire, mais même le fait d’avoir un magasin de quartier, c’est déjà un pas. C’est galère. Et puis c’est chiant. Et puis tu vois. Mais aujourd’hui, t’as a la possibilité de faire un magasin de quartier à l’échelle d’une langue, de la francophonie, par exemple, ou de la planète.

Tu vois ce que je veux dire ou pas ? Et il y a vraiment beaucoup de points communs entre heuuu… Tu vois il y a des gens qui galèrent à avoir un magasin de quartier, tu vois, ils gagnent pas forcément beaucoup. Ils ont juste envie d’être libres, en fait. Tu vois, ils ont pas envie de… Je ne sais pas de vider les poubelles ou de servir des Big Mac au McDo en fait.

Et on a le chat qui est de notre côté mon Jean.

On a Natacha qui me dit moi, c’est ça. Je veux qu’on me foute la paix. Se faire maltraiter pour gagner 1700 euros ? Non merci. Souly qui nous dit 1000 vrais. Johanny qui nous dit Freedom. On a Wiliam qui vient de nous rejoindre et qui nous dit : Moi, je suis entrepreneur car je ne veux pas de limite à ce que je peux faire ou à ce que je peux créer… Ou travailler pour le rêve d’un autre. On a Félix qui nous dit : Moi, je valide aussi. Et parfois, c’est même moins que pour 1700 euros.

Un poète moderne qui s’appelle SCH disait que se lever pour 1200 euros par mois, c’est insultant. Je ne peux que te donner raison. jean, selon toi, quelle est la part du développement personnel dans ta vie et dans ta vie d’entrepreneur ?

Alors moi, ça m’a… Je me suis intéressé pas mal à ça à un moment où j’avais une vie de merde en fait, et ça m’a permis de me réveiller un peu. J’avais suivi pas mal Anthony Robbins et il y a un programme qu’il a créé, qui s’appelle… Attends que je le retrouve. C’est un programme en 30 jours…

Personal Power.

Oui, voilà, c’est ça. Et c’est un truc qui est ouf. Enfin d’ailleurs, c’est en format moi que je conseille à des gens qui veulent créer des formations et qui ne savent pas quoi faire… Enfin c’est un super format.

Un jour, pendant un mois, tous les jours, tu travailles sur un aspect différentes de ta life en fait. Et un jour, tu vas travailler sur je ne sais pas sur là où tu mets ton attention. Un jour, tu vas travailler sur la position de ton corps. L’autre jour, tu vas travailler sur les pensées positives. L’autre jour, tu… En fait, chaque jour t’as un truc différent. Alors moi, je suis pas Gandhi. Tu vois un peu ce que je veux dire.

Je suis pas en train de vivre en haut d’une montagne, en train de respirer la sagesse, tu vois. Mais ça m’a fait. Ça m’a fait un grand bien. En tout cas, ça a créé  une rupture un peu dans ma vie et ça m’a fait du bien. Maintenant, j’y reviens un peu moins aujourd’hui, mais vraiment pour moi ça a été l’avant, l’après quoi. Et j’ai beaucoup, enfin… Anthony Robbins quand même tout le monde connaît j’imagine ici. C’est la personne peut être qui, qui, qui, qui est la meilleure dans notre métier en fait. Je veux dire historiquement, il n’y a jamais eu personne qui, en terme de… tu vois en tant que créateur de truc d’information et monter un machin aussi fascinant et aussi énorme que ça. Et tout le monde s’en inspire aujourd’hui. Et c’est quelqu’un qui a changé pas mal de vies. Moi qui m’avait beaucoup inspiré, après tout ce qui est de Jim Rom, enfin d’ailleurs qui avait inspiré Anthony Robbins à l’époque.

Pour moi, c’est nouveau à l’époque, tu vois tout ce qui est sur réfléchir à comment tu pourrais vivre au mieux en faitje ne sais pas, moi ça m’a beaucoup, beaucoup, beaucoup aidé en fait.

Sous quelle forme, sous quelle forme le développement personnel a touché ta vie ou continue à toucher ta vie ? Du coup, tu parlais de savoirs un peu traditionnels avec peut-être les livres, les formations, les séminaires. Mais sinon, parce qu’il y a beaucoup de gens en fait, quand on leur parle de développement personnel, ça fait tout de suite très secte et très gourou. Et j’aimerais, j’ai envie de montrer aux gens que le développement personnel, ils le pratiquent déjà.

Le développement personnel c’est le bon sens, en fait. Est-ce que toi tu peux nous parler : Comment est-ce que le développement personnel touche vie et sous quelle forme il se matérialise dans ta vie ?

bah, après alors moi il y a un truc que je ne kiffe pas. Ben je vais te raconter deux-trois trucs. Je racontais deux ou trois trucs. J’avais créé d’ailleurs une formation à l’époque qui est plus dispo aujourd’hui, mais qui s’appelait “le développement personnel sans taper dans les mains”. Moi, j’ai toujours été bloqué par, par exemple Anthony Robinson tu vois. Moi, j’ai découvert Anthony Robbins en lisant ses livres, en lisant deux livres qu’il avait écrit. Et je n’avais pas vu sa tête parce que j’avais acheté sur Kindle tu vois à l’époque. Enfin je ne sais même plus sur quoi. je ne sais même plus si c’est sur Kindle en fait.

J’avais pas vu sa gueule en fait, tu vois. Et après, moi j’aime bien chercher. Ça m’est arrivé plein de fois. C’est pour te montrer que parfois, on est étriqué. On a vraiment des préjugés. Et après, j’ai regardé sa tête, tu vois sur Google Images et peut-être sur YouTube. J’ai complètement halluciné. En fait, si j’avais vu sa tête, j’aurais jamais acheté le livre, en fait.

Tu vois ce que je veux dire ? Et ça, ça m’est arrivé plein de fois où tu achètes un bouquin. Il y a des périodes où je lisais beaucoup. Tu étais vraiment, mais tu te dis que cette personne raconte tellement de truc de fou, tu vois. Et après, tu regardes sa tête et là, tu te rends compte que t’es très con, quoi. Parce que tu aurais vu sa tête avant jamais tu aurais écouté cette personne. Enfin, ça te permet… Je ne sais pas, c’était vraiment une réalisation ça.

Que en fait… Est on est vachement. Enfin, moi, en tout cas, je suis parfois un peu étriqué en fait. Parfois un peu tu sais t’as des préjugés. Tout ça, quoi. Et effectivement, c’est vachement américain. Il faut voir quand même que c’est un peu inspiré de ce qui se faisait chez les évangélistes ou machin mais sans la religion en fait. C’est un peu le truc taper dans les mains. On est tous potes, on est heureux, machin.

Donc, il y a un côté un peu culturel qui est moins européen peut être, tu vois. Qui est plus américain, qui est très américain. Mais nous on a besoin de ça parce qu’on n’arrête pas de se plaindre. Tu vois, je veux dire, la France, c’est un pays, la France, où on a quand même la chance… Enfin c’est un des pays les plus chers au monde.  Je crois qu’on est 6ème maintenant, tu vois… Évidemment, il y a des trucs  c’est de la merde, tu vois. Mais il y a un moment, faut arrêter de se plaindre. Je crois que c’est l’ambiance le plus glauque que tu peux trouver en Europe c’est quand même en France tu vois.

Le créateur du livre Les Quatre Accords toltèques, que je pense que tu connais, dont j’ai plus le nom.

Non, je ne l’ai pas lu, mais j’ai un pote qui m’en a parlé.

Il faut que tu le lise, tu vas grave kiffer. C’est un des meilleurs livres au sujet de la transformation et réussir à justement rentrer à, enfin de se voir à la troisième personne. Une vraie belle leçon de vie. Et justement, dans un autre de ses bouquins, il partage que finalement, ^ le développement personnel où tout ce travail là, ça a été partes, c’est devenu la mythologie et la religion de toutes nos sociétés.

Mais si tu enlèves la religion, la spiritualité, la mythologie à toutes ces courants de pensée, ça devient le bon sens. Et c’est parce que c’est notre parti, c’est l’intégral, l’intégrité même de essence en tant qu’humain. On est très, très, très pertinent parce qu’effectivement aujourd’hui, si on a peut être une vision des croyances sur une forme qui nous dérange, ça n’empêche pas que le fond ait du sens, comme tu le disais tout à l’heure.

Même quelqu’un comme toi, qui travaille beaucoup sur lui et qui prend beaucoup de recul, a pour a pourtant que beaucoup de stéréotypes, de vision, de critique, de choses comme ça, on l’a tous. Et si on n’est pas conscient de ces patterns, de ces schémas qui tournent à bas, on a besoin d’un Kovy pour se réveiller. Quoi? Il y a une petite question qui est hyper pertinente. Quelle est la part de la spiritualité dans ta vie?

J’en ai déjà parlé. Il a déjà un peu de moi.

C’est un peu compliqué parce que moi, je suis d’une enfance qui était hyper hyper religieuse, mais en mode quasi secte, mes quasi tuoi et du coup, moi, c’est ma normalité quand j’étais gamin et j’ai toujours recherché ça, mais sans ça, tu as une partie de ça, mais sans la partie qui est pas top, tu vois. Et j’ai eu une période où j’avais trouvé des trucs et finalement, j’en suis un peu partie aujourd’hui. Mais je regrette de ne pas l’avoir.

Si tu veux, c’est un peu le truc ou j’ai pas envie de voir ça par rapport à la religion. C’est ça chez moi, c’est comme ça. C’est que j’aimerais vraiment bien être religieux, mais je ne peux pas parce que j’ai un rejet, tu vois, parce que j’ai vécu des trucs qui sont vraiment atroces. Quand j’étais gosse et je regrette une époque où une sorte de certitudes ou de trucs rassurants tu auras, mais en même temps, tu ne peux plus adhérer, tu vois ce que je veux dire.

Et après, j’ai cherché ça dans des formes non religieuses. Mais ça, ça, ça m’a apporté des choses. Mais tu vois, j’ai quand même pris un certain recul et je pense que c’est un chemin qui se fait sur une vie. Tu vois, je ne sais pas, je ne sais pas. Je n’ai pas de réponse, en fait.

Tu vois, les gens demandent. Sa venue, cette villa que tu t’es créée, est ce que ça vient d’une influence de la famille ou pas du tout?

Ma vie, tu veux dire ce que je vis aujourd’hui construit l’entreprenariat, ta philosophie.

Moi, mes parents, ils sont. Ils sont retraités maintenant, mais j’étais fonctionnaire. Ma mère était prof de philo et mon père au travail, la SNCF. Tu auras donc visité tous les fonctionnaires. Ma mère, prof dans l’Éducation nationale, et je n’ai pas eu d’entrepreneurs du tout dans ma famille. Il n’y a pas d’entrepreneurs.

Ce code, la spiritualité est religieux dont tu parlais juste avant que moi, je te crois. Est ce que finalement, tu ne le regrette pas avec cette famille, cette communauté, cette secte dont tu es le gourou et parfois d’ailleurs, tu es le gourou et parfois, tu n’es qu’un simple membre. Est ce que finalement, tu ne l’a pas recréé comme ça? Parce que moi, aujourd’hui, j’ai cette vision et c’est connu, je l’ai déjà dit des dizaines de fois où je me vois comme un gourou et je suis heureux d’être un gourou.

Mais dans le sens indien du terme, c’est à dire ce leader, celui qui montre la voie, celui qui rassemble, celui qui partage. Et finalement, est ce que tu n’as pas créé un peu ta religion autour de ta philosophie, autour de télévision, autour de tes expériences? Ce que ce n’est pas comme ça que tu aurais évoqueraient un peu cet environnement que tu recherchais.

Finalement, pas après. Tu tu crées toujours. Tu sais, moi, j’aime bien les trucs un peu minoritaires, c’est à dire outé, je pense. Vraiment, regarde, tu vois, c’est un exemple que j’avais souvent pris, mais c’est vrai que tu étaient vrais amis. Tu les retrouves quand tu partages quelque chose de minoritaire, tu vois. Imagine que tu trouves pas de potes, que tu t’es XPath, tu vois ou je ne sais pas. Tu as visité le Nicaragua, tu vois.

Par exemple, tu as un exemple que j’avais pris souvent ça suavité Nicaragua. Puis tu te fais chier. Tu vois, tu connais personne, tu rencontres personnes d’un coup, tu crois en français dans la rue, tu t’es français et tu viens d’où? De Bretagne? Moi aussi, tout ça. Puis voilà, tu payes envers et tout. Alors que des Français dans la rue en France, on voit ton walkers par seconde. En fait, on a rien à foutre.

Ces gens là t’intéressent pas. Tu vois ce que je veux dire ou pas, mais du fait que cette personne là se retrouve dans une situation minoritaire avec toi d’un coup et son meilleur pote. Mais c’est pareil. Pourquoi est ce qu’on n’est pas toi, les gens du marketing? On est un peu isolés. Tu auras chacun dans un coin isolé géographiquement et dès qu’on se rend compte qu’on est super pote, en fait. Et tu, tu tu vois n’importe quoi ou à un point commun, ultraminoritaire à quelqu’un d’autre.

D’un coup, il y a une communauté qui se crée, il y a un truc tu vois pas. Et les meilleurs potes que j’ai jamais trouvés dans ma vie après l’enfance. Tu vois, c’est des gens avec qui je partageais un truc ultraminoritaire. Tu vois ce que je veux dire. Et du coup, c’est vrai qu’on a tendance à vouloir faire des trucs plus grand public, plus grand public, plus grand public, alors que vraiment, la grosse profondeur, le truc où tu peux partager le plus de choses avec les gens, c’est là où tu partages le moins Fatboy ou a vraiment ultraminoritaire que tu as partagé avec eux.

Quoi? Tu vois ce que je veux dire ou pas? Si, si t’es raéliens, unijambiste et chauve, tu tu as trouvé un autre qui est comme ça. Tu tue ta vie change quoi? Non, mais c’est con mon exemple, mais tu vois ce que je veux dire ou pas.

Mais ensuite, il y a Charles qui nous dit Moi, j’ai ressenti ça quand j’étais en Thaïlande avec les autres Farran, par exemple. Moi aussi, je l’ai. Je l’ai vachement ressenti à ce moment là. Et c’est par exemple en Thaïlande que je me suis mis à apprécier certains Français qui potentiellement me casser les burnes en France en s’éloignant de quelque chose, en étant dans une situation un peu plus minoritaire ou on se serre les coudes.

Finalement, parce que tu trouves des gens qui sont comme toi et qui sont. En fait, je crois que le concept de rareté de ce nom est au courant de ça, parce qu’on fait du marketing, ce qui est rare et cher. Tu vois, je ne sais pas, c’est déjà fait des lancements ou ceux qui sont dans le Tchad l’ont déjà fait. Quand tu lances un produit qui reste plus que cinq places ou qu’il reste plus qu’une heure pour l’acheter, c’est là que tout le monde achète.

Pourquoi? Parce que c’est rare. Mais les gens aussi sont rares à citer. Parce que tout le monde n’a aucun intérêt. Les gens s’intéressent pas à toi non plus et c’est tout mon dépareille. Tu vois Idei qui est une rareté. Dès que le truc est unique ou unique ou que la personne est unique, c’est là que ça devient fascinant. Tu as envie de savoir? Envie de partager quoi? C’est ça quoi? Tu vois ce que veux, sinon tu dis bonjour Savart.

Salut, ça a face. Worse s’arrête là quoi? Ah oui, il fait beau, c’est cool. Tu vois, tu arrives à partager? On fait quoi?

Ça tombe bien parce que du coup, on décale un peu. Pas sur ma trame de questions, mais sur les questions que je m’étais notées. Je pense qui intéresse incroyablement le public et les gens qui sont avec nous aujourd’hui. Il y a une majorité des gens. Leurs lèvres brûlent avec cette envie de partager cette question. A dire les amis avant vos lèvres, ne brûlent, mettez des like, partagez ce live. Merci beaucoup pour votre présence. Ça fait plaisir.

Jean, est ce qu’il faut du coup créer sa propre philosophie pour être tabs longtemps? Créer du contenu a fait des formations, même sur connerie. Est ce que, selon toi, c’est évident aujourd’hui, pour être heureux dans notre monde, de devoir créer sa propre philosophie, de créer sa propre façon de vivre?

Je pense que c’est un moment qui arrive forcément parce que tu vois parfois, tu prends la philosophie d’un autre. En fait, quand tu prends la philosophie d’un autre, souvent on débute et complètement à fond. Tu vois, tu dis oui, j’ai trouvé la clé. Le truc a la réponse à tout était à fond dedans et au bout du monde, il y a un truc qui bog dedans. Tu te rends compte, il y a un truc qui marche pas ou il y a un truc.

Tu es d’accord? Tout s’écroule. En fait, tu vois, c’est soit à fond, soit rien. On fait. Quand tu prends des choses dans les idées des autres, dans les machins des autres et que tu crées ton propre truc au fur et à mesure que tu remets pas en cause et que tu avances, ça t’appartient. Tu vois ce que je veux dire ou pas. Moi, ça m’est arrivé plein de fois et je connais aussi des gens à qui c’est arrivé.

Tu tombes dans un truc, dans une façon de voir la vie et soit t’es à fond. C’est le truc. Tu tu a découvert vraiment la vérité. Et puis, dès que ça commence à ses cahiers ou que machin, tu vois, il y a des trucs sur lesquels tu as deux 3/12. Le machin part en live. Tu crois plus du tout, quoi? Parce que c’est pas toi qui l’a créé? Ça appartient pas, mais tu peux appropriez des choses.

En fait, il y a des partis, il y a d’autres partis. Toi, en fait, une vie, c’est une aventure dans laquelle tu fais des rencontres un peu. On peut appeler intellectuels ou je sais pas, des livres que tu lis, des rencontres que tu fais, qui te construisent. Tu peux te créer des. Ce n’est pas une façon de voir la vie ou je pense que c’est vraiment vachement personnel. Moi, je trouve que ce qui a le plus de profondeur en termes de sens que tu donnes à la vie ou de philosophie personnelle, c’est basé sur ton vécu, sur les expériences.

Ce n’est pas quelque chose d’universel. Ce n’est pas un truc que tu vas imposer aux voisins parce que le voisin il pas vécu la victoire, donc il a pas eu les mêmes créatures. Ce que je veux dire tu peux partager des idées, tu peux enrichir, apporter et enrichir de l’expérience des autres. Mais tu ne peux pas créer un modèle universel. Moi, c’est mon avis. Tu auras parce qu’on ne peut pas, on ne peut pas. Le truc qui marche parfois, tu auras.

Selon toi, il est impossible aujourd’hui d’être épanoui et d’être heureux dans le moule de la société civile aussi.

Moi, je pense qu’il y en a pour tous les goûts. C’est moi. Au début, j’avais vraiment été un peu idéaliste. Je pensais que tout le monde devait devenir entrepreneur. Les gens qui sont salariés ont bien compris. Il faut leur montrer la lumière, tu vois, faut leur ouvrir la voie. Et tous les pauvres sont exploités. Ils n’ont pas compris alors que non. Il y a des gens qui sont très heureux comme ça. Moi, j’ai un pote avec qui j’ai démarré dans l’entrepreneuriat.

On était associé au début en bossant ensemble et il est revenu vers le salariat parce qu’il adore ça. Tu vois, il préfère ne pas avoir de questions à se poser à 17 heures. Il a terminé, il peut penser à autre chose. Tu vois ce que je veux dire pour tous les goûts. Et lui, comme ça, il y a plein de gens qui sont comme ça. Moi, je vois mal mes parents parlant peut être être entrepreneur.

Et il y en a pour tous les goûts. Pense, c’est une question de personnalité. Faut de tout pour faire un monde. Ma grand mère qui disait ça, tu vois? Photo pour faire un monde. Mais c’est vrai, c’est vrai. Il n’y a pas de modèle, c’est plus tu penses. Ou du moins, il y a quelques années, je croyais vraiment. J’étais un peu vraiment idéaliste. Tout le monde devrait faire ça, tout le monde mâchant et en fait, se rend compte au fur et à mesure que chacun trouve son truc, quoi, et qu’il n’y a pas de.

Il n’y a pas de modèle universel, forcément. Et ce qui marche pour toi ou ce qui te fait, qui fait toi? Pas forcément, qui fait les autres. C’est comme quand tu aimes une musique, tellement style de musique, tu vas pas, tu vas pas saouler tous tes potes avec ça parce que tu vois bien qu’il y en a qui kiffe pas et tu vas aller, Soulez. En passant le machin en boucle, tu vois ce que je veux dire ou pas.

Ils n’aiment pas le même, le même genre de sons. En fait, c’est juste ça. Tu vois donc faut que tu te mettre sur pause le truc que de parler Kwamé. Parce que quoi alors?

Mais par contre, bien heureusement pour nous, il y a des méthodes infaillibles qui permettent de vendre et de gagner de l’argent sur Internet. Et tu vas nous en parler. Mais avant ça, c’est quoi la définition de la liberté? J’en ai bien.

Alors pour moi, c’est de faire ce que je veux de mes journées, de se séparer. J’aime pas trop avoir des rendez vous, des dates, des machins, mais c’est de pouvoir faire les choses selon ton humeur, de ne pas avoir de compte à rendre. Franchement, c’est un peu différent pour tout le monde. Après, le grand problème, c’est que la liberté, c’est Sartre qui disait ça, c’est pas moi, c’est vieux. Le truc de Sartre?

L’existentialisme, Sartre qui disait que la liberté est avec la responsabilité, c’est à dire que la liberté, tu ne peux pas être libre juste comme ça, qu’on est libre, tu deviens responsable. C’est à dire qu’au compte libre, Tutu assume les conséquences aussi de tes choix. Tu auras la liberté et la sécurité. Il y a des gens qui ont un plus grand besoin de sécurité, donc d’être protégés, et des gens qui ont un plus grand besoin de liberté.

Mais quand tu es libre, tu renonce en quelque sorte ta sécurité, tu deviens responsable de tes choix, de tes actions. Tu vois ce que je veux dire ou pas. Et donc, du coup, c’est pas forcément pour tout le monde. Et on est pas forcément. Et on n’a pas non plus forcément envie de devenir libre, surtout en tout. Mais c’est un grand pas en avant pour beaucoup de gens. Et je pense que le plus grand pas qu’on peut faire pour découvrir qu’il y a d’autres modes de vie qui sont possibles, c’est d’aller dans d’autres cultures, dans d’autres pays, d’autres trucs, de voir que ça, ça fait péter un truc dont anormalité, quoi.

C’est comme si tu ouvrait la boite, tu vois et tu vois qu’il y a plein de trucs, que tu es considéré comme normaux, comme Nokia. Le truc normal, tu avais jamais pensé à remettre ça en question. Tu vois, il y a des gens qui différemment de ça, mais pas forcément aller à l’étranger, voir des gens différemment. Je veux dire, dans le même pays, il y a quand même des cultures, des façons de vivre différentes.

Il y a des gens qui sont délirent chelou. Tu vois des gens qui vivent dans des ventes à des gens qui sont chiantes, à des gens qui sont entrepreneurs du web. Tu, des gens qui ne sait pas quoi, tu vois ce que je veux dire ou pas, qu’ils sont artistes et tant d’autres qui sont comptables. Quoi, donc? Il y a quand même des façons de vivre qui sont tellement différentes et souvent, on est complètement étriqué au sein de notre milieu.

Avoir la même vie que nos parents, nos grands parents, nos frères et soeurs, alors qu’il y a mille façons de vivre sa vie, en fait. Et le grand truc, c’est que tu peux choisir. Tu peux construire un truc, tu peux construire ta vie comme on construit une maison, tu vois. Alors après, effectivement, c’est risqué parce que tu peux te louper. Tu vois, tu peux ne pas trouver aussi. Tu peux aussi voir tellement de trucs différents que tu n’arrives pas de décider du coup, et un peu paralysés par l’indécision.

Et c’est pas top non plus, quoi. Mais c’est un choix à faire à ce que tu veux vivre une vie sûr, tu vois ou un chemin tout tracé et c’est rassurant. Il y a des gens pour qui c’est mieux. Ou est ce que tu veux ouvrir la boîte et aller voir ailleurs et demander à ce que tu ne pourrais pas créer un truc que je ne sais pas voir? Ce qui est possible? Voir tous les possibles. Créer quelqu’un.

Mais il n’y a pas de réponse, en fait. Il y a des gens pour qui c’est mieux laversion et d’autres qui c’est mieux. La version 2 Tuor, les amis dans le futur qu’Universal, les amis dans le château. Est ce que vous êtes prêts à être responsable? Est ce que c’est quelque chose que vous avez déjà réfléchi à ce que vous êtes prêts? Mettez moi un énorme yes là, dans le Tchad, si vous avez décidé aujourd’hui d’être responsable d’affronter un peu les risques de ce choix.

J’avais l’impression d’être un espèce de pasteur dans les églises évangéliques, gay et même gay même. Merci beaucoup, Jean. En tout cas, on a beaucoup de messages très élogieux à ton sujet. Bien évidemment que ça fait du bien d’entendre autant de justesse que nous partage Annabelle A. Charles qui nous dit Jean, me fait penser à cette Godinne. On a également Jean et ça, moi, je trouve que c’est un très beau compliment parce que j’aime également beaucoup le personnage Fabbrica qui nous dit Moi, elle me fait penser à Alexandre Astier, a voulu l’acceuil qui est à deux doigts d’arrêter de faire manger toute sa famille uniquement pour pouvoir t’écouter parler à Marion, qui nous dit C’est de la nourriture pour l’esprit, Jean.

On a énormément de yes, évidemment. Depuis un moment déjà, on a le Tchad qui s’emballe, du coup. Merci le Tchad pour vos Heymann, pour le gourou Jean Rivière. Quel grand plaisir! Jean Pour un petit peu de ALÉNA, encore un peu d’attente pour les méthodes un peu plus business. Jean-Jé, un petit jeu qui s’appelle l’œuf ou la poule. Tout simplement. Il faut que tu me répondre l’un ou l’autre. En fait, l’oeuf ou la poule, qu’est ce qui vient avant?

OK, et du coup, je vais quand même lancer mon petit générique. L’oeuf ou la poule, c’est tout de suite. Maintenant, je passe du temps, mais du coup, on a une poule qui se prend un énorme coup de fusil. C’est vraiment génial. J’adore ce génie.

Tu sais qu’il y a une énorme arnaque dans les live d’un que les gens sont des anges. Un Jean, je ne vois pas le dirigeant à Eric.

Les gens ne voient rien à. Effectivement, le générique va, on va travailler, on va travailler là dessus, genre rivière. Vendre ou créer? Qu’est ce qui vient avant?

Créé et créer créé.

Donc, toi, tu ne vas pas rentrer. Tu ne fais pas de prévente avant de vendre Tarnovo, sinon je ne sais pas, tu tu crées ce que tu fais, tu vends ce que tu crées, toi, tu crées cours de bourse. D’abord créer.

D’abord créer Arte ou M6.

GMR Putain Arte, ils ont une super appli pour Apple TV où t’as plein de reportages de ouf qu’un truc sur les monastères machin des monastères chelou au milieu de nulle part sur la montagne, des trucs d’où il y a des super putain. Si tu te fais chier pendant confinement, installe l’appli Arte ou tu vas sur Arte ou Arte. Je sais pas quoi. En tout cas, c’était une Apple TV. Tu installes l’appli Arte, tu crées un compte CCC magique.

Le truc magique,C’est vraiment top quoi.

Action ou réflexion?

Moi, je suis plus pépère lire des bouquins sur le canapé. Donc, réflexion, je suis pas très actif ou passif.

Je ne sais pas, c’est un peu l’audit. Comme quoi, comme question, pas moi, je suis plus actif, tu. J’aime bien faire les choses, j’aime bien, j’aime bien bouger, j’aime bien faire les machins.

Est ce qu’il vaut mieux travailler sur son mindset ou sur la technique? Trois cas sur trois cas graves.

Non, mais la technique, ça vient après. Je veux dire, tu vois, il y a beaucoup de gens qui commencent par la technique et je pensais une erreur parce que tu engouffrent dans un truc ou tu vois pas le grand machin, tu vois pas le plan. C’est la technique. C’est toujours au service de la stratégie. De là où tu veux aller vite fait, habites te mettre dans quel plugin j’installe? Quel machin j’installe. Je sais pas où tu veux aller.

Tu auras d’abord tout de suite. Décide de là où tu veux aller. Et après, les outils sont là pour t’aider à y arriver, toi? Tu waz quand on est technicien pour la technique, c’est un peu le cercle vicieux, le machin. Souvent, ce que tu perds, ton objectif de vue. L’objectif est d’arriver quelque part à la technique. Ça sert. C’est l’outil pour y arriver.

Passion ou argent? Sachant que dans notre monde sans argent, on ne peut pas manger.

A Ballé devons avec, aprécisé, passionné par les cacahuètes, le foulard, l’oeuf ou la poule. Qu’est ce qui vient avant?

Pour moi, c’est la passion. Bien sûr que oui, c’est la passion. Parce que l’argent, il est toujours à court terme. Pas la passion. Derrière, tu vois le machin en tutu, c’est pas possible. Qu’est ce que tu diras à tous les gens qui disent on a besoin d’argent pour entreprendre et créer quelque chose?

À. Nous, on est la preuve vivante. Je veux dire les gens qui font ce métier que tu peux commencer en slip en ayant 2 euros dans la poche. Je veux dire, il suffit d’avoir un compte YouTube ou un compte sur je sais pas quoi, et puis de voir un téléphone, ce que je veux dire ou pas. S’il y a vraiment un métier, d’ailleurs, c’est un peu le problème dans notre métier, c’est qu’il n’y a pas de barrière d’entrée.

Il y a peu de gens qui facturera. Quand tu veux monter une boulangerie, ça coûte cher. Il faut faire un prêt. Il faut avoir un local, des employés Majin. Tu auras une vitrine. Il faut avoir un diplôme pour avoir ma chance. Du coup, tout le monde le fait pas. Tu auras. Du coup, le taux de réussite est plus élevé dans notre domaine. Pourquoi y a un taux de réussite si bas que n’importe qui peut faire ça?

Tu auras ta grand mère avec son téléphone. Elle peut faire des vidéos maintenant, étant donné qu’il n’y a pas d’effort au début. En fait, c’est comme pour les études. Il y a des filières dans lesquelles il y a un concours d’entrée. Par contre, qui est dur. Par contre, l’examen final est sauf. Tu vois, c’est facile auras et il y en a d’autres où n’importe qui rentre. Par contre, l’examen final, c’est ça qui filtre.

Nous, c’est plus l’examen final qui filtre, en fait. Alors qu’il y a d’autres filières dans lesquelles c’est l’entrée. Mais n’importe qui peut rentrer là dedans. Du coup, c’est facile, mais c’est ceux qui persévèrent, qui perdure et qui sont quand même un peu tuoi, qui s’y mettent, qui qui veulent vraiment apprendre. C’est quoi la question? J’ai loupé la question, c’est.

Parce que je sais que tu n’as pas le Tchad a atteint. Perdu va bien. Je pas bientôt de retour. Est ce que tu m’entends? Je tente de reprendre mes cables, certainement de mes cables. Du coup, je disais je ne sais pas à quel point était magique en mode génie, mais en même temps que tu parles, il y a des questions de plus tout à l’heure qui pop et tu réponds à ces questions en même temps que les gens les posent.

Alors tu n’as pas le Tchad devant les yeux. C’est assez incroyable. Et du coup, il y a voilà qui disait tout le monde faisait ce métier et y a répondu en même temps et ce n’est pas la première fois que tu le fais. Et du coup, c’est assez incroyable. Je sais pas si vous avez remarqué le Tchad que Jean répond à des questions avant que vous les posiez. Moi, je trouve ça juste incroyable de dingue, eux, rapidement, du coup ou pas?

C’est quoi la méthode Jean Rivière pour réussir dans le business sur Internet? Pourquoi est ce qu’on a l’impression à toi? Quand tu touches quelque chose, ça marche. Et pourquoi est ce que tu as lancé des gens? Tu as inspiré des gens à faire des trucs qui ont explosé, à devenir expert, leader de leur marché. Bien évidemment, le premier à qui on pense tous, ça va être à Antoine, forcément, qui est devenu une personne, à un personnage.

Delamuraz y un grand drame dans notre business. C’est que depuis un certain nombre d’années, tous les gens, tous les gens, ce tout le monde s’appelle Antoine dans ce business. Donc, si tu veux différencier aujourd’hui, il faut choisir un autre prénom parce que c’est déjà pris.

Antoine Sombrerait a commencé par là.

Tout le monde s’appelle Antoine. Non, mais après moi, je suis un modèle qui a bien fonctionné pour moi et qui fonctionne pour d’autres. C’est un modèle qui n’est pas forcément adapté pour tout le monde. En fait, il y a deux grandes façons de faire du business sur le Web. Ça dépend ce que tu aimes, ce que tu veux faire. Soit tu fais de l’audience, te dire tu, tu es bon pour attirer des nouveaux mondes ou des nouveaux, pour faire du buzz, pour faire du machin, pour faire des trucs qui font des grosses vues.

Il y a des gens qui sont très bons là dedans et c’est leur voix. Soit tu crée une sorte de petite famille en ligne, tu vois des gens qui échangent des trucs tout au long de l’année et force n’a pas tellement besoin d’être énorme, en fait. Et du coup, ça passe par créer. En fait, c’est soit un gros produit, mais il y a toujours des gens qui viennent. Donc du coup, on est obligé d’avoir du renouveau.

Tu auras parce que les gens, ils ont déjà acheté le produit. Donc, t’as besoin d’en avoir toujours des nouveaux à qui tu présente ce produit? Soit tu trouves un moyen de faire des petits produits qui sont cool à faire ça, tu vois le truc. C’est comme pour un prof de math donne un cours de math, on fait le truc, tu vois, c’est pas le projet du siècle, le projet de l’année, le machin, tu auras, c’est juste explique un concept explique qu’une idée est de film, en fait, et tu travailles avec une petite famille de fans.

Du coup, tu peux proposer de nouvelles idées tout le temps, tout le temps, tout le temps, à la même famille. Tu vois, évidemment. C’est bien d’avoir de nouvelles personnes qui rentre dedans, mais pour moi, c’est la chose la plus simple. Vis à vis de toi, ce que j’ai envie de faire aussi, parce que j’ai beaucoup travaillé sur l’audience dans d’autres business. Avant tout ça, c’est moi ce qui m’intéresse aujourd’hui. Et donc, du coup, c’est un modèle qui fonctionne très bien en Safak, qui n’est pas forcément adapté pour tout le monde, mais qui est relativement simple.

En fait, c’est que tu donnes de la valeur à une petite famille de gens intéressés et tu continues. Et il y a des gens qui sont là depuis 10 ans maintenant.

Tu vois les vraies barrières. Finalement, ce business, c’est quoi? C’est bien choisir justement la famille de gens avec qui on veut parler et bien identifier sa zone de génie. Peut être ce serait quoi les vraies barrières à l’entrée?

Et deux choses. Le grand problème, c’est qu’en essayant enfin, il faut bien choisir effectivement à qui tu parles. Parce que en parlant à tout le monde, tu peux pas te mettre à dos, mais désintéresser les gens qui vont acheter le plus chez toi et qui sont le coeur de ta clientèle. Donc, faut bien savoir à qui tu parles. Faire des choses pour ces personnes là et après ta zone de génie, ça veut dire ouais et faire les choses dans lesquelles j’ai une grande réalisation là dessus aussi.

En fait, beaucoup de gens essayent de tout faire, tout faire, tout faire, alors que finalement, il y a souvent un truc de trucs, 3 trucs dans lesquels t’es bon et le reste. Je discutais hier, on était sur un zoom et il y avait bien Félix. Félix est là et il y avait Marie-Cécile, qui est une prof de piano en ligne. Je suis passé à l’heure et il y a eu le le fils de Marie-Cécile, qui est lycéen et qui disait que je posais des questions sur ce qui toi, pour les réseaux sociaux.

C’est parce que c’est vrai que nous, les vieux, tu vois en termes de réseaux sociaux, le nouveau truc machin. On passe un peu pour des. Pour des prix historiques, tu auras. Et effectivement, il me disait et c’est vrai, c’est que tu vois. Le pire que tu puisses faire, c’est d’essayer de faire un truc que tu auras d’essayer de parler en langage qui n’est pas le tien, loin d’être un vieux d’essai d’un train vieux à la mode.

Tu vois, mais c’est le pire truc.

Allez savoir.

Voilà ces genres. À 70 ans, tu ne vas pas faire du snapshot, tu vois faim. Mais le truc, c’est ça, c’est que toi d’ailleurs, Vincent a tué qui est le père? Très bien. Non, mais oui, si t’es bon devant toi, il y en a peut être qui sont bons, mais il ne faut pas que tu vois le décalage. Il y a un moment où faut juste pas le faire. Le truc en.

Tu auras donc. Par contre, il y a des trucs que tu pourrais faire plus ou tu pourrais être meilleur et. En fait, il faut arrêter de vouloir tout faire. Les personnes qui font tout, moi, j’en connais, qui font tout, mais c’est les gens qui ont des employés qui ont une grosse équipe et qui font du YouTube Tovey, qui font du machin, qui sont des gens qui sont bons dans chaque truc, en fait. Mais en tant qu’une personne, en fait, tu ne peux pas être bon partout.

Et du coup, à force de vouloir être bon partout, tu deviens moyen. Tout est le truc qui ressemble plus à rien. C’est ça, le drame. Tu vois ce que je veux dire ou pas?

Exactement. Je ne peux que partager ça parce que j’ai un petit peu là la même révélation prise de conscience. Si vous suivez un peu le contenu de Jean, vous l’avez compris, il en parlait avec les cris et l’importance de l’exploitation, finalement de votre talent. Et ça fait d’ailleurs depuis quelques semaines qu’on discute avec Jean à travers Zoom, qu’il ne fait qu’assister pour que j’anime plus, j’utilise plus le live et ses forces. Donc, je ne peux que vous inviter à découvrir votre zone de génie et à travailler dessus.

On va lancer du coup la FTQ ou la dernière partie de notre interview. On est dans les temps. On est à 21. On est presque bien. Ça a été finalement une interview rondement menée, pleine de valeurs et de sagesse. Merci beaucoup à toi, Jean, pour différents partages, mais malgré un début, on aurait pu s’enliser. Finalement, on a tenu. Félicitations! Je tiens à féliciter et on lance tout de suite le. Les amis, c’est le moment de balancer vos questions.

Alors je vais rebondir tout de suite sur une question qui nous a qui nous a été posée. Mais avant ça, du coup, j’ai un petit truc, un petit jeu pour toi. Là, est ce que tu es prêt? C’est très simple. Tu vas te rapprocher de la caméra, on va faire une grimace et les gens vont avoir tout simplement cinq secondes pour faire une photo et la partager sur Instagram en nous. Tagant, nos Instagram. C’est pas grave, tu vas être, tu essayes fort et un truc qui va sortir.

Donc, les amis, vous avez cinq secondes pour faire un screenshot, prendre une photo comme ça avec votre téléphone. Je vais en faire de même d’ailleurs pour ne pas rater. Et ensuite vous partager sur Instagram et vous nous taguer. Vous êtes près trois de. J’espère que vous l’avez chopé parce que c’est terminé. Oulala, W.G. Jean Rivière, c’est beau, éduquons. Et du coup, vous partagez ça sur les réseaux, vous nous tagger et vous l’envoyait.

Je compte sur vous pour un maximum de riposte et on partagera tous les gens qui vont nous taguer. On a ensuite une vraie question que je trouve très intéressante de Sabrina qui, visiblement, doit avoir une expertise ou une expérience à partager dans quelque chose, dans un domaine qui dit si on n’est pas bon pour créer du contenu. Est ce qu’on change de taf? Ou est ce qu’on peut apprendre?

Bah, moi, déjà, j’ai une certitude vraiment. Après, il y a des gens pour qui c’est pas le truc, tu vois, tu ne peux pas demander à quelqu’un de faire un truc ou c’est pas son machin, tu auras, mais ça peut valoir le coup quand même de prendre un peu de recul et se demander ce que tu es capable d’avoir des discussions intéressantes avec tes potes. Si t’es capable d’avoir des discussions intéressantes avec tes potes, ça veut dire que t’es capable d’avoir des discussions intéressantes avec des gens que tu connais pas.

Dans le sens où si tu arrives à transmettre une passion, vraiment, tu vois, il y a des gens vraiment pour qui? Pour qui sait, c’est pas fait. Tu auras peut être déjà posé cette question là après le contenu pas fait pour tout le monde. J’ai des potes qui sont prestataires, qui sont très heureux là dedans, qui sont entrepreneurs sans faire de contenu et qui sont très heureux là dedans. Il faut trouver sa voie.

Mais j’ai l’impression que Fabrika, tu me diras pas Brina, si je me trompe. Elle a envie de créer du contenu et de partager quelque chose. Mais aujourd’hui, à la barre, nicoud la méthodologie pour créer le contenu.

Alors, il y a une révélation pour beaucoup de gens. Ça, c’est une révélation. Quand tu penses comme ça, parce que je ne sais pas si Sabrina Téré était plus réservée et timide. Et c’est peut être ça ton problème. Mais pour les gens qui ont ce problème là, en tout cas, c’est quand tu regardes la personne la plus timide que tu connais, la plus réservée, que tu connais quand elle est avec les bonnes personnes, avec son meilleur ami, sa meilleure amie, quand elle est, quand elle se sent en confiance, elle est passionnant.

Je veux dire. Moi, j’ai eu des discussions fascinantes avec des gens, mais vraiment fascinante. Et après, parfois, j’étais voir leurs vidéos, tu, mais je vois pas la même personne. En fait, cette personne a l’air tendue. Elle a l’air d’avoir peur. Ce n’est pas la vraie personne que j’ai vu qui était tellement fascinante quand, quand j’ai discuté avec elle autour d’un café ou quoi. Et souvent, c’est une question de contexte. De la même façon que si tu discute pas sur Skype ou sur Fleiss Time ou n’importe quoi avec un pote, il va être lui même.

Mais si tu lui dis c’est une vidéo pour YouTube, il a parlé différemment. Et ça peut valoir le coup de trouver son format, de trouver le contexte dans lequel on se sent en sécurité, son malaise. Il y a des gens qui peuvent faire des mondes et des trucs fascinants, des trucs vraiment passionnants, mais qui n’y arrivent pas à cause du stress ou de l’anxiété. Tu dois de faire le truc. Ça, c’est un travail à faire.

Et je pense, beaucoup de gens ont l’impression. Il faut apprendre à parler. Il faut apprendre à parler en public. Il faut des structures, des trucs, alors que selon Ont, le plus besoin, c’est de travailler sur ce stress et cette peur. Mais ils savent très bien parler. Parce que quand ils sont avec leurs meilleurs amis, ils arrivent très bien à parler. Ils arrivent très bien. Et toi, sinon, tu vois? Ouais, il faut voir s’il n’y a pas un truc à faire aussi autour de ça.

Après la création de contenu? Pas non plus pour tout le monde, c’est évident.

Et du coup, ça s’apprend.

Bah, ça s’apprend pas en le faisant, je veux dire à tous les gens qui font ça. Tu regardes nos premiers trucs, c’était la honte. Tu vois, c’est un truc qu’il faut faire faire faire. C’est comme tout quand tu veux jouer du piano. Le premier morceau que tu joues sort son mari en coiffard. Tu auras. Faut le faire. Il faut le faire. Faut le faire. Et puis, tu apprends au fur et à mesure.

Mais c’est pas forcément faux. En fait, il ne faut pas essayer de faire le truc du siècle. Le premier contenu, il faut essayer de faire des trucs cool, sympa pour les gens. Tu vois, ne faut pas s’attendre à ce que ton premier contenu, ça soit le machin interplanétaire qui fasse son Myla et qu’on fait ça. Tu fais des choses pour partager aussi pour pour pour intéresser les gens. Pour donner de la valeur aux gens, il faut le voir comme ça, petit à petit.

Tutus, tu montes le truc, quoi. Mais c’est une question. C’est comme quand tu fais de la cuisine, quoi. Le premier plat que tu veux faire? Ça peut être le meilleur plat de ta carrière, quoi. C’est normal. Il faut voir ça comme un faux que ça puisse pour ça. Il faut que ça plaise aussi. Tu fais un truc qui te plait, essaie d’être meilleur tous les jours, tu te mets à la cuisine, tu vois ton 1er place, ça va être nul, mais tu dis je veux devenir bon là dedans, ça me plait.

Tu vois tous les jours. C’est de faire un peu mieux. Y’a un moment, ça a décollé. Le machin, quoi. Tu vois ce que je veux dire exactement?

Les amis. Pour information, demain, on va faire un lancement officiel qui va s’appeler l’attribuent. C’est un programme de groupe. En fait, c’est un accompagnement pour entrepreneurs. C’est un groupe d’entrepreneurs motivés et bienveillants. On va créer une communauté. En fait, on va développer la communauté et on va avancer ensemble vers notre rêve commun. Ça, l’objectif, c’est d’avancer vers un rêve commun, mais d’y aller en se développant plutôt, d’avancer vers un rêve individuel, mais d’y avancer en groupe.

Ça s’appelle l’attribuent. Vous pouvez aller voir sur Henze Honoré Point comme Slash. L’attribuent Slash Tributes d’ailleurs, et ça se lance demain. C’est officiel, donc rester connecté demain. Le lancement? On a déjà un groupe pilote avec une vingtaine de personnes depuis deux mois et c’est trop cool. Et puis, ça coûte vraiment pas cher. Ça coûte 7 euros pour essayer. Si aujourd’hui, vous cherchez justement un environnement, vous cherchez des gens autour de vous qui ont les mêmes valeurs, la même vision que vous.

Rejoignez nous. Allez voir. Envoyez moi un deuxième sur Instagram quoi que ce soit, mais demain, c’est le lancement de la tribu. Peut être que je vais faire un petit live d’ailleurs pour noter un peu l’évènement, mais c’est un beau projet. Et si c’est quelque chose dont vous avez besoin, rendez vous dans la tribu. Marion, elle nous dit Haifa ou demain, je démarre une chaîne YouTube. J’ai 0 abonnés, 0 vues. Qu’est ce que je fais?

Là et YouTube aujourd’hui, c’est quand même. En fait, c’est le seul truc qui reste où les gens te découvrent. En fait, c’est le seul truc qui reste aujourd’hui ou c’est comme le blogging d’il y a 10 ans où tu écris des articles et ça suffit à ce que les gens viennent. Tu vois, au bout d’un moment, les gens viennent dans les recommandations, les machins, les trucs, quoi. Après moi, je ne suis pas lexpert de faire des vues sur YouTube.

C’est pas mon métier, mais sur YouTube pour en faire. Et puis ça marche pas faire d’autres. Après, je pense que la clé, c’est aussi de s’ouvrir aux autres, de faire des collaborations, de faire et d’essayer de faire des trucs avec des gens que j’aime bien. Pas forcément les gens qui ont le plus de vues au monde, mais des gens que j’aime bien, qui t’aimes bien de créer des liens de travail. Son réseau. Aujourd’hui, je pense, est plus important que jamais de travailler son réseau.

Ça veut dire aussi pas de faire le connard. Parce que non, c’est tous les connards. Au bout d’un moment, il y a 10 ans où on ne pouvait pas blairer, on se parlait pas et tout machin. C’est assez tendu, le machin. Et aujourd’hui, tu vois, c’est quand même un peu plus bienveillant et c’est mieux pour tout le monde. Et en plus, ça permet de faire des trucs ensemble. Tu vois ce que je veux dire ou pas?

Il faut parler avec les gens, il faut les rencontrer, mais pas qu’eux. En mode j’ai besoin de toi, tu vas en mode, on discute, on échange des infos, on se fait plaisir, on se fait des Wickens, on se fait des bouffe, on se fait avec le confinement, c’est un peu tendu, tu vas te faire ça, mais de créer des liens avec les gens, c’est comme ça. C’est comme ça que ça démarre.

C’est super important, plus aujourd’hui que jamais. On fait quoi de faire ça?

Bonne stratégie, du coup. Effectivement, d’utiliser déjà l’autorité d’autres gens ou d’une communauté pour pouvoir se reposer sur son développement. Merci les amis pour toutes vos photos. Là, je reçois celle de la grille salariale est magnifique. Et la mienne? La mienne est vraiment drôle. On dirait vraiment Seth Godin. On dirait vraiment que les amis bombardaient les photos. Bombarder la photo, ça ne fera de bons souvenirs, mais celle là, c’est cette Godinne. C’est incroyable.

Je pense qu’il y a une photo, d’ailleurs, sur laquelle la même pose que toi. Dites moi ce que vous en pensez, les amis sur Instagram. Je trouve ça juste incroyable. Il y a deux questions sur lesquelles j’aimerais rebondir. Et puis après, tu pourras en choisir une au hasard. Et puis on sera bon. À mon avis, on va d’abord faire celle là. C’est une vraie question parce que j’en parlais tout à l’heure en coaching avec quelqu’un et Basser ici.

En fait, ce que vous voyez là, c’est l’explication de mon coaching de talents. Est ce que c’est le marché qui décide? Ou est ce qu’on doit faire ce qu’on a envie de faire? Jean.

Est ce qu’il faut sauver un peu de deux? Il y a un peu des deux. Quand tu fais ce que tu regardes pas, tu prends l’iPhone. l’iPhone, tu prend forme forte. C’était une horreur antisémite. C’était une ordure, le gars Forde. Mais il y a des trucs intéressants comme Henry Ford. C’est la voiture individuelle. C’est un peu le Bill Gates de la voiture de Bill Gates. C’était l’ordinateur individuel. Henry Ford, c’était la voiture individuelle et Henry Ford.

Il avait cette phrase où il disait Si j’avais écouté mes clients, j’aurais vendu un cheval plus rapide. Et il y a des moments où tu ne peux pas anticiper ce que veulent les gens, en fait. Tu vois ce que je veux dire ou passe te dire tu proposes un truc. C’est tellement ouf! Le truc que tout le monde le veut. Tu vois ce que je veux dire ou pas? l’iPhone, c’est pareil. l’iPhone, c’est le premier smartphone, le machin, personne.

Personne n’aurait aurait même peut être voulu ce truc là. Parce que c’était inconcevable, en fait. Tu vois ce que je veux dire. Donc, il y a le côté génie ou invente un truc que personne y’aura. Plus personne n’y avait pensé, mais le machin, tu sais que si ça existe, tout le monde le veut. Et puis, il y a le truc qui vole. En fait, je pense qu’il y a un peu des deux tueurs.

Il y a le côté un peu génie, un innovation où tu vas proposer des trucs auxquels les gens n’auraient jamais, jamais, jamais pensé. Et le côté où tu vas leur monde, leur donner un truc auquel aller, les choses qu’ils veulent, tu vois après les choses qu’ils veulent ça. Moi, je pense que l’innovation, c’est important aussi de comprendre que l’innovation, il ne faut pas partir dans tous les sens avec l’innovation, c’est à dire que tu innov sur les solutions, mais jamais sur les problèmes.

C’est à dire que tu vas toujours répondre aux problèmes qu’ont les gens et les gens. Ils ont des problèmes qu’ils veulent résoudre. Tu vois, tu ne vas pas inventer de nouveaux problèmes. C’est le pire dans le business. Le pire qu’on puisse faire, c’est de créer de nouveaux problèmes, d’essayer d’éduquer, éduquer entre guillemets. Les gens, c’est le plus dur. Éduquer les gens, ça veut dire leur dire regarde, t’as un problème. Tu n’as même pas compris que ton en fait, les gens, ils ne veulent pas ton produit parce qu’ils ressentent pas ce problème, non.

Si tu prends le problème qu’ils ont, tu vois les gens. Ils galèrent avec ça, ils en ont marre. Par contre, Kinnock, sur le type de solution que tu leur donne, tu vois ça peut être un outil, ça peut être une formation, c’est pas un objet, c’est peut être un logiciel, peut être n’importe quoi. Mais tu prends un problème qui est déjà existant. Les gens galèrent avec ce problème. Ils en ont marre.

J’ai essayé plein de trucs, ils n’en peuvent plus. Tu vois où ils ont besoin de se déplacer pour la voiture ou bien ils ont besoin de communiquer avec leurs potes. Tu vois, pour le iPhone, tu vois, mais c’est un problème qui est déjà là. Et la solution est juste apportée. Une façon de régler ce problème auquel personne n’avait pensé avant. Y a peut être beaucoup plus simple, plus rapide, plus facile. En fait, c’est simple, rapide, facile.

On fait la clôture. Un problème, c’était y’a un bouquin. Comment s’appelle tempore? C’est les gens. Ils ont des problèmes pénibles, ils ont des problèmes urgents.

Dur, dur, douloureux, urgent. Les gens sont soit. Ils ont un Marckois et là, ils le savent. Il s’est reconnu, il fut galère. Et toi, tu leur donne une solution? A raccourci, en fait, quelque chose le plus facile possible, le plus rapide possible, le plus indolore possible. Après, ce n’est pas toujours possible, tu vois. Mais ton boulot, c’est d’inventer des solutions qui sont les plus faciles. Et plus tu auras envie d’avoir ça parce que c’est plus simple que les autres solutions.

Quoi? Genre innovation tut tut. On parle d’évolution, mais je reviens aussi à ça et je rebondis sur une question qui a été posée plusieurs fois dans le Tchad. Tu t’es fait connaître à travers le blogging. Aujourd’hui, tu as toujours du blogging. Tu continues un peu d’écrire WhatsApp. Est ce que le blogging est mort?

Le blogging, ouais. Il y a une grosse partie du blogging puisque c’était à l’époque. Moi, quand j’ai commencé il y a une dizaine d’années, avait ce qu’on appelait la blogosphère, qu’on retrouve un peu sur YouTube. Entre les YouTubeurs, c’est un peu le même truc. C’est chacun qui a un peu sa chaîne aujourd’hui sur YouTube. Pas mal d’échanges entre les YouTubeurs, de projets communs, d’échanges de TUOI, de collaboration de trucs. Il y avait la même chose sur les blogs à l’époque.

Aujourd’hui, les blogs sont des pros du ESSI. Aujourd’hui, les blogs, c’est du référencement Tura. Ses articles sont écrits pour le référencement. Il y a des gens pour qui ça cartonne, mais c’est un autre métier, ces articles de deux mille mots qui sont conçus pour être orientés autour d’un mot clé pour trouver sur Google. Mais les gens n’ont plus de ce qu’on appelait des lecteurs de RSS, de flux RSS ou issus de tous les blogs du jour.

Toutefois, citant un blog, il y a peut être des gens qui vont le suivre, mais tu n’auras pas la même dynamique qu’on avait à l’époque. Il y a des gens qui cartonnent sur les blogs. Moi, j’ai des amis qui cartonnent aujourd’hui, mais c’est dû aussi au c’est du référencement. Le truc en fait, donc c’est une logique qui est complètement différente. Si tu veux ici, c’est plus. Donc, du coup, orienté pour trouver de nouvelles personnes ou pour discuter avec ta base de fans, tu auras maintenant les gens qui font de l’écrit aujourd’hui, qui réussissent très bien dans l’écrit, sont des gens qui font de l’immeuble, voire d’Olymel quotidien.

C’est à dire que quand tu veux discuter avec tes potes, avec des fans, raconter ce que t’as mangé à midi, ce que tu as fait, les derniers trucs que tu as lu, tout ça, tu as plus de Limal que du blog. Après, tu peux faire les d’Olymel. Rien ne t’empêche de le republier sur le site. Mais aujourd’hui, les gens qui cartonnent sur les blogues sont des gens souvent qui font du même pas souvent quasiment tout le temps, sauf peut être deux ou trois blocs de l’époque n’ont pas arrêté, tu vois.

Mais ils sont des gens souvent qui vont avoir des employés ou des prestataires. C’est d’ailleurs parce que tu n’as pas vraiment de personnalité quand tu fais du bestiau. Tu as payé des gens pour faire des articles qui sont orientés autour d’un certain mot clé. Tu vois, donc tu veux essayer de se positionner sur Google sur des mots clés. C’est un métier à part entière qui peut être intéressant et qui peut être fascinant. Mais c’est un métier. Ce n’est pas le même métier que le blogging.

Il y a dix ans, on fait. C’est dommage, regrette cette période là, tu vois, j’adorais quoi, mais finalement, est ce que ce n’est pas exactement la musique que tu fais, mais sous un format différent?

Ouais, mais c’est toujours la même chose. En fait, peu importe le format, ils changent, mais ça, on le fait. Il y a de plus en plus de gens qui font qu’ils font sous forme d’email TUOI parce que ça, les email et les gens lisent tous les jours et tout. Ils suivent un peu ton parcours. On projette quoi, par contre, lui même si tu veux pas que de l’image, je veux dire mon faut que tu fasses de l’acquisition de Steiert.

Faut qu’il y ait des gens qui rentrent dans la machine et donc du consternent dinnovation à ce niveau là, c’est quoi tu as tout fait? T’as fait du podcast, t’as fait du podcast audio en vidéo, t’as fait de la video, t’as fait du lobbying, t’as fait du blogging en ce moment en train de t’amuser à intégrer les textes sur Instagram. C’est quoi? C’est quoi, la prochaine vague? Est ce qu’on va ière en permanence être quoi?

C’est que je viens d’écrire Les dix commandements de Jean Rivière. L’idée, c’est que je change peu à temps. Ça s’appelle comment ça s’appelle, ça s’appelle. Ça s’appelle un temps le programme universel, universel, inaltérable et éternel, gravé dans la pierre pour les siècles futurs et les générations à venir. La loi numéro 1, c’est le texte. Comme format principal, tu choisira quotidiennement, tu publiera des petits produits, tu Vondra d’une équipe, tu ne tombera point chaque semaine, tu liras de sujets, tu ne changera point le long d’un, etc.

Et la 10ème loi, c’est de tout changer. Tu arrêtera? Moi, j’ai décidé d’arrêter de tout changer après les choses. Échange, tu vois les plateformes, les trucs, ça évolue. Mais il y a un moment où faut aussi un peu se stabiliser, notamment en termes de formats. Et voila quoi!

Si vous voulez découvrir les dix commandements de genre US, Ribeyre US, allez, allez, allez voir les commandements de Jean Rivière sur rejoint le mouvement. Arobase rejoint le mouvement Ces gens, Moïse. Ben ouais, c’est Jean Moïse, c’est comme ça. Un blog ou un YouTube? On démarre par quoi?

Ah ben, ça dépend de ton talent. Moi, on me demande tout le temps, par exemple, qu’est ce qui vont le mieux vaut mieux faire une page de vente ou une vidéo de vente, mais on n’en sais rien. T’as des gens qui vont faire une vidéo devant. Il n’y a personne qui aura envie d’acheter. Il y a des gens qui vont écrire un texte. Il n’y a personne qui va lire le truc coiffera toi. Quel quel est ton talent?

En quoi T-bonds? Quoi est que ce côté meilleur en vidéo? Est ce que tu fais une vidéo? Les gens deviennent fous. Ils ont envie de monter sur la table. Ou est ce que tu fais un texte? Les gens, ils ont envie de changer de vie. Quoi? Coiffard, tu vois, chacun a son. Il y a des gens qui sont mauvais en écriture, des gens qui sont mauvais en vidéo, des gens. C’est l’inverse, des gens qui sont un peu cons dans les deux.

Mais il n’y a pas de règle 3 à 0 règles là dessus, je pense. Faut trouver le format dans lequel t’es bon. Il n’y a pas de 0 règles, on fait vraiment 0. Y’a rien d’universel là dessus.

Genre rivière? Merci beaucoup. Est ce que tu aurais un mot pour clôturer? Pour clôturer cette petite interview?

Ouais. Alors moi, le conseil que je donne à tous les gens qui se font chier pendant le confinement, c’est de tout. Regarde, honnêtement, tu te fais chier chez toi, t’as rien à faire. Il y a un super projet que tu peux faire demain, peut être pas dans la nuit, parce que tes voisins vont appeler la police. C’est de bouger toutes les meubles. En fait, c’est à dire tu tu refait ta déco, tu refais tout, tu change tout.

Je pensais qu’il faut faire tous les trois mois ou tous les 6 mois ou tous les ans. En fait, tu penses différemment, cette Römer. Ça fait un peu de temps, un peu. Winthrop, tu sais. Sarrail Le disque. Tu dis je m’emmerde. Demain, je change tout.

Je vais bouger mon bureau la semaine dernière et je le fais dans la semaine.

C’est génial, tu vois. Faut faire ça, il faut faire ça. On a quelqu’un dans l’audience qui demande Est ce que tu as envie de récupérer ton ex? Cette personne s’appelant moi, j’ai mon ex, c’est pas Antoine PortAventura, mais maintenant, ça, non. Non, je suis bien tranquille. Tout va bien. Oh ben, je suis tranquille. Par contre, j’ai laissé un commentaire tout à l’heure sur Rationne d’Antoine avant, mais je l’ai et je l’ai effacé après.

Parce que toi. Mais quand je qu’Angers, quand je m’ennuie, je laisse des commentaires sur ronchonne d’Antoine Peytavin. J’avais mis mon ex et fait enlever par les créatures de l’au delà. Est il possible de contacter la NASA afin de pouvoir la récupérer sur une planète très, très loin de chez nous? Merci. J’ai retiré après, mais j’aime bien commenter sur la chaîne d’Antoine quand je m’ennuie. C’est un conseil que je donne au public. Ce soir, allez commander sur la chaîne d’Antoine Peytavin, les amis si gentiment tuoi.

Super boulot! Il fait du super boulot.

Mais bien évidemment, après avoir laissé un commentaire sous cette vidéo, bien évidemment non pas un message sur le Tchad, mais sous la vidéo. Et puis, elle a laissé un petit message chez Antoine Rivière. C’est quoi la définition d’une tribu? C’est quoi, une tribu pour toi?

Bien des gens avec qui tu. Tu aimes bien être et qu’Emirates avec toi, tu auras assez des gens qui étaient t’étais pas dans la confrontation, le machin, la jalousie, le truc, c’est juste des gens. Envie de sortir une bouteille de bière ou un café, ou n’importe quoi? Et puis de passer la soirée ensemble, on fait quoi? Des gens avec qui on a du plaisir à passer en week end. Une soirée, une semaine de vacances.

N’importe quoi. Des gens qui partagent la même passion. Des gens qui font quoi? Des gens? Écoutez bien jusqu’au fait ce qu’on a fait dans la vie. Attends, je te rallonge un peu le truc, mais en fait, je pense qu’on a deux familles dont la vie a une famille que tu n’as pas choisi. George Tenet avec Fait, tu as pas choisi. Et puis, quand tu grandis, tu crée ta famille choisie. En fait, les deux sont bien les gens et qui a grandi et tu as les gens qui te trouver sur la route.

Donc, ta famille choisit les gens que tu as rencontrés sur ta route et qui a des affinités. Et c’est super important. Moi, je ne peux pas vivre sans ça.

Complètement d’accord avec toi. Et c’est exactement ce que l’on recrée effectivement dans notre dans notre petit cercle proche et j’en suis très content. En tout cas, c’est un vrai facteur de bonheur au quotidien et d’épanouissement. Mais ce n’est pas pour rigoler. Antoine, je vais le mettre à profit. Ne regarde pas ton téléphone, stp. Je ne regarde pas, ne regarde surtout pas. On va le faire si les amis. Du coup, si vous voulez bien rejoindre justement notre notre famille, c’est l’attribuent.

Ça sort demain, donc demain, soyez connectés à vos emails parce que la tribu va sortir. Honorez point comme Slash la tribu. La poche sera Tamina. Je veux pas l’être actuellement. Du coup, je sais pas à quelle date est arrivée Antoine sur le truc, mais j’ai conseillé aux gens de les commenter sur la chaîne d’Antoine.

Il l’a vue de Rivière du Loup. Pour clôturer ce live, on propose que tu chantes La tribu de Dana. Est ce que tu veux que je te lance la musique? On peut la mettre en musique.

J’étais un énorme fan de ça. En plus, je suis Breton. À la base, j’adore ça. J’ai aussi passé mon mémoire.

Oui, c’est pour ça. La tribu de Dana a du coup par Jean Rivière. C’est pas moi.

Je ne sais pas chanter. Je te prévient tout de suite en Jacot les paroles, la musique, mais préviennent déjà les gens en paroles. Mais il faut que j’aie les paroles si je n’ai pas les paroles ha ha! Ha!

Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Le Tchad n’a pas été le Tchad. Si vous voulez coacher Olivier, Arnaud chante la tribu, les amis, allez y taper dans vos mains. Il n’y a pas de développement personnel en tapant dans les mains, mais il chante et c’est ça qui est important.

Il faut que les gens demandent le remboursement. C’est le karaoké du pauvre, le truc qui n’a pas de bande son. C’est quoi ce délire? Je crois que sur la bande son, il y a tout. Là, les gens vont l’entendre. On n’entend pas les gens.

Oui, parce que le machin. Moi, il faut que j’aie les paroles. Voilà, c’est bon. J’ai les paroles, c’est bon.

Alors attends.

Ouais, ouais.

Pourquoi les gens et les gens? Mais comme ça, si je le mets comme ça, si je le mets comme ça, que j’enlève ça et que je fais ça.

Sa pâleur au coin truquant ayant. Du coup, le vent souffle sur les Plaines. Vous, à la rivière?

Non, mais ça ressemble à rien. Je n’ai pas le son. Je n’ai pas le son nom.

Ça me mettait un maximum de messages pour Jean Rivière, le rappeur de.

Ça va venir. Mais c’est quoi ton karaoké? Il n’y a pas de sons, il n’y a pas de.

On va trouver les moyens techniques de faire ça la prochaine fois. On fait ça la prochaine fois, on fait ça la prochaine fois, note la note.

Quand même que le genre Eveillard s’esquive. Vous noterez?

Ben oui, mais toi, tu sais comment tu veux faire un karaoké son.

Qui dit de la Bretagne armoricaine? C’est tout le côté partie.

Non, pas. Comment faire ça écoute. On fait ça la prochaine fois, tranquille et tout avec une bande son. Quand on trouve une appli, c’est que j’avais posé la question sur Facebook de demander aux gens comment est ce qu’on peut faire des karaoké? On l’a fait et les gens avaient donné des noms d’applis. Mais j’ai pas. J’ai pas exploré plus loin.

Natasha, qui nous dit non aux gens s’il te plaît, chante.

Mais c’est Natasha Natasha St-Pier de l’époque.

Je rappelle juste assez de ta musique fait.

Bastet un peu l’époque de la tribu de Denain Tuor, Brina qui nous a déjà beaucoup donné et c’est vrai. Merci Jean de nous inspirer. Merci de nous guider au quotidien, toi au grand gourou de la liberté. Et merci d’avoir partagé du temps avec nous.

Merci à toi. Merci à vous. Merci à tout le monde. C’était bien cool. C’était bien sympa, ce soleil. C’était cool.

Merci Normand. Pour une journée, la petite avait été savoyarde, allait passer un bon moment parce que moi, on m’a dit Tu vois tout, il est bien pour le live. Vraiment, c’est super. Faut faut regarder les zoo, là, c’est bien. En plus, il y a des oies, il y a vraiment des trucs bien là.

C’est quoi travail qui dit c’est cool ce live de 24 heures? Qui est le prochain invité? Qu’il est con, Antoine. Tu seras le premier invité. Les amis voulaient Antoine Peytavin en live, là, pour faire un peu le point. Depuis nos dernières vidéos qui datent mon Dieu d’il y a 2 ans, je crois.

Et moi, j’ai une proposition à faire au peuple laisser aller chercher Antoine Peytavin sur YouTube et laisser les commentaires, mais pas des trucs hénaut. Tu vois des trucs gentils, mais rigolos, tu mets des trucs genre ça n’a rien à voir avec le sujet, tu dois être boulot et Antoine Peytavin s’engage à les partager sur Instagram.

Tu vois exactement le commentaire? Le premier commentaire que je vous invite à mettre, c’est le crâne de Jean Rivière est magnifique. Sur n’importe quelle vidéo, vous laissez le crâne et budō d’Antoine Peytavin, un faux médecin.

La vidéo dans Google Wallet pourrait sachem.

Merci beaucoup à tous. Gros gros bisou à toute l’équipe. Et Antoine Peytavin va épingler vos commentaires. Les amis, on va se retrouver demain. Demain, on fait un prochain live également à 19 heures. Donc soyez connectés. On va avoir la chance d’échanger avec Nicolas d’Immobilier compagnie, qui est un entrepreneur incroyable et une vraie personne inspirante. Je vous invite demain à être connecté à 19 heures et à mon avis, à mon avis. Demain, je ferai un deuxième live à 21 heures, un peu en mode light night jeu idiot pour fêter le lancement de L’attribuent.

Je vous souhaite une excellente journée à tous. Merci d’avoir été connecté avec nous. Abonnez vous, bien évidemment, si ce n’est pas déjà fait. Et puis, laisser un énorme like pour Jean-Rémy. Un gros bisou. Merci beaucoup à toi, Jean, et merci.

Merci à toi, Enzo, à la prochaine. Amusez vous bien. Salut tout le monde et sortez couvert.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Retour haut de page

3 business pour devenir libre !

Découvre dans cette formation vidéo comment j’ai fait pour devenir libre et quitter mon job en quelques mois… et comment tu peux répliquer la même chose en suivant ma méthode simple, étape par étape.